De 1985 à 1989, Constantinos Pittas - photographe autodidacte – a voyagé vers 17 pays de l’Europe de l’Est et de l’Ouest, capturant avec ses lentilles de photographe des scènes de la rue de deux côtés de l’ Europe divisée, visant à montrer que le terrain commun de l'Europe dans son ensemble était ses propres citoyens et leur vie quotidienne, quel que soit le ‘’monde’’ auquel ils appartenaient. Son appareil photo se tournait vers les visages des personnes anxieuses à l'Est, vers les visages des gens solitaires ou des personnes âgées dans l'Ouest. Son idée était de présenter les Européens en tant qu’une entité, une grande famille au-delà des frontières et des murs.

Pittas collage1

Cependant, son plan est resté inachevé, principalement à cause de l'effondrement du mur de Berlin qui a annulé le ‘’thème’’ du projet, car tous ces pays deviendraient bientôt membres de l'UE, se précipitant à souligner leurs racines communes. De plus, la photographie est entrée dans une phase de critique intense à la fin des années 80, car sa relation avec la réalité a été sérieusement remise en question.

Pittas pensait, donc, que la collection des photos uniques accumulées en quelques années ne faisait plus de sens et a décidé d' ’’enterrer’’ les négatifs, sans jamais les montrer à personne. ‘’J'ai eu ce rêve naïf de réunir l'Europe dans un seul livre. Cependant, l'Europe se réunissait maintenant de son propre chef, elle ne devait pas m'attendre. Mon plan était mort’’ explique Pittas.

Vingt-cinq ans plus tard, Pittas ‘’croisa’’ sa vieille caméra, ce qu’il l'a incité à chercher les négatifs de son projet européen avant de publier quelques images sur son profil Facebook. Le projet a été remis, dès lors, en mouvement ... Pittas a soigneusement sélectionné 100 images environ et a publié un livre de photos.

Pittas collage2

Selon Pittas, ‘’ la crise dans l'Union européenne est en effet effrayante, car il semble qu’il n'y a aucune lumière au bout du tunnel. La vision (européenne) a disparu, et le ‘’récit’’ qui pourrait exciter les gens et leur faire croire que l'UE - l'idée européenne essentiellement- fera de l'Europe un lieu meilleur et améliorera leur vie, a cessé d'exister. Ce que j'ai fait, il y a presque 30 ans, c'était par amour pour l'Europe, une vision pour une Europe unie ... quelque chose de presque fou à l'époque, puisque nous étions au milieu de la Guerre froide. Les choses sont maintenant différentes, il y a des problèmes d’autre type, mais dans l'ensemble, je dirais que les choses sont meilleures. L'espoir n'est pas perdu’’ Pittas a déclaré à Greek News Agenda.

Le public aura une dernière occasion d’admirer de près l’exposition de photos Images d’une autre Europe 1985-1989 qui sera ouverte jusqu’au 27 novembre au musée Bénaki (bâtiment de la rue Pireos).

Pour lire l’article en anglais cliquez ici

 

banner grece hebdo migration

banner newsletter grece hebdo

  1. Interviews
  2. Cinéma grec
  3. Populaires
next
prev