« Face forward… into my home »  est un projet d'art interactif mettant en évidence  les histoires de personnes forcés de quitter leur terre natale et qui se trouvent à l’heure actuelle à Athènes cherchant à reconstruire leur propre vie. Le projet comprend des ateliers de contes inspirés par une sélection d'œuvres d'art contemporaines issues de la collection du Musée national d'art contemporain d’Athènes (EMST) et une série de photos avec des réfugiés et des demandeurs d'asile, qui sont actuellement installés aux environs d'Athènes. Ces personnes  profitent de l'ESTIA, à savoir le programme de soutien d'urgence mis en place par l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) et financé par la Commission européenne.

face conference55

« Face Forward… into my home » présente au public les visages réels derrière les chiffres de la crise des réfugiés, et raconte leurs histoires ainsi que celles des membres de leurs familles. C’est à travers ces histoires humaines qu’on réalise que même après avoir tout perdu en quittant  leurs maisons, ces gens partagent les mêmes désirs et rêves avec nous tous dans le but de reprendre une vie « normale ».

Le programme ESTIA (« estia » signifie « maison » en grec), offrant un hébergement urbain et une aide financière à des milliers de demandeurs d'asile et de réfugiés en Grèce, contribue à aider les réfugiés et les demandeurs d'asile à mener une vie plus sûre et régulière, voire à reprendre progressivement le contrôle de leur vie.

INFOS PRATIQUES
EMST, Rez-de-chaussée.
Avenue Kallirrois & Amvr. Frantzi, Athènes, 117 43
Durée : 22 novembre 2017 - 31 janvier 2018

Lire plus : Entretien avec Philippe Leclerc, représentant du Haut-Commissariat aux réfugiés (UNCHR Grèce),  Dossier Migration | Grèce Hebdo

M.V.

banner grece hebdo migration

banner newsletter grece hebdo

  1. Interviews
  2. Cinéma grec
  3. Populaires
Quo Vadis Europa? | Annamaria Simonazzi et Rafael de Bustillo sur les classes moyennes en Europe du Sud
Interview | Le cinéaste Yannis Economides sur la poétique des ténèbres humaines
Thomas Maloutas:  Un Atlas social pour Athènes
Interview | Hervé Georgelin:  La fin de Smyrne, du cosmopolitisme aux nationalismes
next
prev