Un musée unique voué à  la mémoire historique qui entoure  la période de l'occupation allemande en Crète est ouvert à Ano Platanias,  près de Chania.

collage1

Le musée, créé par des bénévoles  avec la contribution de la paroisse locale d'Agios Dimitrios et grâce un bon nombre de dons, est un endroit qui  servait d’abri de sous-sol pour les Allemands après la bataille de Crète en 1941. Il existe depuis 2013 mais le nettoyage et le façonnage du chemin menant à la sortie de l'abri sont récemment accomplis.

La bataille de Crète

Paratroopers Crète en mai 1941
Assaut parachutiste des allemands en Crète, mai 1941

La bataille de Crète, qui fut la dernière bataille de la campagne des Balkans, oppose les troupes britanniques et alliées (néo-zélandaises, australiennes et grecques) aux parachutistes allemands pendant 10 jours, du 20 au 31 mai 1941. Pendant deux semaines, la bataille fait rage ; au moins 4 000 paras allemands sont tués, et 500 capturés.

Le matin du 20 mai 1941, le IIIe Reich lance une invasion aérienne en Crète, sous le nom « opération Merkur ». Les parachutistes allemands sous les ordres du général Kurt Student sont largués sur trois points : Maleme, Héraklion, et Réthymnon. Les troupes britanniques et néo-zélandaises du général Bernard Freyberg comptent 3 500 tués, 1 900 blessés, alors qu’une grande partie des troupes sera capturée (environ 12 000 hommes). Malgré la victoire, aucune opération aérienne d'envergure ne sera plus lancée par les Allemands jusqu'à la fin de la guerre.

German assault on Crete Bataille de Crete

Après la fin de l'occupation allemande en Crète, signée à Héraklion le 9 mai 1945 (neuf mois après la fin de l’occupation d’Athènes en Octobre 1944) l'abri souterrain servait d'entrepôt aux habitants de Platanias, près de Chania. En 2010, un groupe de bénévoles avec le soutien du curé de l’église de Saint-Démétrios, à côté de laquelle se trouve l'entrée de la galerie, ont décidé de créer le Musée de la guerre de Platanias.

Le musée

kriti germaniko katafugio metatrapike se mouseio 5

Les souvenirs et une grande partie de l'histoire représentée voient le jour, huit mètres sous terre, dans les galeries souterraines construites par les Crétois, qui ont travaillé dans de travaux forcés.  De 1942 à 1945, les Allemands, à travers ces galeries, ont atteint les points où ils avaient maintenu leurs bases vouées à la couverture aérienne de la région.

Le musée est de 200 mètres de long et offre une expérience unique aux visiteurs qui s’invitent à parcourir 13 chambres, conservées dans leur forme originale. Dans ce voyage unique dans l’histoire de l’occupation allemande, les  visiteurs peuvent voir des souvenirs de la Seconde Guerre mondiale, des objets et des photographies historiques de la bataille de Crète.

kriti germaniko katafugio metatrapike se mouseio 7
 

Des uniformes, des casques, des armures, des lits, des tables, des conteneurs utilisés par les Allemands pour stocker du carburant et bien d'autres articles sont exposés. La plupart d’ entre eux proviennent de collections privées. A noter aussi que sur les murs de l’abri on voit les noms des soldats allemands qui ont servi dans la région, une croix allemande –symbole des occupants nazis, tandis qu'à l'extérieur du musée il y a des objets tels que missiles, mines marines, tubes de torpille etc.

Dans le musée, on trouve une brochure  avec des infos en anglais et en grec et alors que les visiteurs ont la possibilité d’organiser des tours guidés.

GrèceHebdo* a contacté Kyriakos Lourandakis, responsable de l'équipe de gestion du musée, qui a estimé que depuis 2013, date d'ouverture du musée, plus de 100 000 personnes, principalement des touristes étrangers, sont venus le visiter. Il a ajouté que le musée comprend des sujets de plus de 200 maisons de la région, tout en soulignant qu'il s'agit du seul musée-abri vivant en Crète.

INFOS PRATIQUES
Heures d’ouverture: 10h00-12h00 et 17h00-19h00 (tous les jours, sauf le dimanche)
Entrée libre
 
* Propos recueillis par Magdalini Varoucha
Vidéo-tour dans le musée-abri (en grec)

M.V.

banner grece hebdo migration

banner newsletter grece hebdo

  1. Interviews
  2. Cinéma grec
  3. Populaires
 Interview | Denis Langlois :  Alekos Panagoulis, le symbole de la résistance grecque
Regard historique sur le passé ottoman en Grèce | Interview avec Antonis Anastasopoulos
Interview | Stathis Pavlopoulos: Metapolitefsi.com ou la longue période après la fin de la dictature en Grèce
Interview | Asteris Koutoulas: Sur les traces du grand compositeur Mikis Theodorakis
next
prev