Les petits bateaux de pêche en bois, couramment appelés “caïques (καΐκια)”, font partie constituante de la tradition et économie maritime grecque. Cependant, depuis les années 1990, suite à des politiques européennes pour la limitation des pratiques de pêche, des mesures de motivation économique ont été mises en place pour limiter graduellement la taille des flottes de pêche en Europe. Ainsi, l’impact de ces politiques en Grèce est considérable, conduisant chaque année beaucoup de propriétaires à détruire leurs caïques pour obtenir la subvention accordée dans ces cas.
 
2
Konstantinos Stoupathis, Ηapiness.

À part les implications économiques ou environnementales de ces politiques, la destruction systématique des caïques par moyen de bulldozers et sous la présence de fonctionnaires chargés de ces procédures représente un processus au symbolisme particulier et aux émotions fortes, étant donné la place des caïques dans l’imaginaire national grec, ainsi que la réflexion inévitable qui s’ensuit sur le trauma de la perte personnelle et le conflit entre passé et futur. L’interprétation artistique de ce phénomène alors ne pourrait que s'avérer signifiante.

1
Sotiris Batzianas, Untitled

Suite à l’initiative de l’association culturelle “Horizon d'Événements” les oeuvres d’un grand nombre d’artistes aux techniques et matériaux divers portant sur le patrimoine culturel de ces caïques ainsi que sur leur destruction permanente ont été réunies par Fae Tzanetoulakou et Tzimis Efthymiou pour former une exposition ayant pour titre “Ces caïques auxquels on faisait mal”. Il s’agit d’une exposition mouvante, ayant déjà été accueillie à la Pinacothèque Municipale de Pirée en 2018. En ce moment, l’exposition est accueillie à Nafplio jusqu’à mi-avril.

Collage kaikia
De gauche à droite: Athina Chanioti, Untitled, Andreas Gavrilliadis, Reconstruction of a boat, Nikos Podias, Net.
 
Hormis l’intérêt artistique, l’exposition met le point sur le besoin de réfléchir sur l’avenir et la nécessité de ces politiques qui semblent altérer le patrimoine culturel grec et universel d’une manière irréversible. L’exposition constitue alors aussi une démarche citoyenne visant à (re)négocier une relation viable entre tradition et modernité, culture et économie à travers l’art contemporain. L’inclusion de cette exposition mouvante dans le cadre d’une mobilisation citoyenne est aussi attestée par le lancement d’une campagne avec comme but la révision des politiques spécifiques qui conduisent à la destruction de ces bateaux de pêche traditionnels qui relèvent d’un grand intérêt historique, culturel et, en effet, artistique.

D.G.