La rétrospective consacrée à Domenico Theotokopoulos (dit El Greco, 1541-1614) au Grand Palais de Paris du 16 οctobre 2019 au 10 février 2020 est une rare occasion pour le public parisien et international de découvrir dans son ensemble l’œuvre de cette figure emblématique de la peinture mondiale.

El Greco Portrait of a Man WGA10554
Portrait d'un homme (possiblement autoportrait) par El Greco, entre 1595 et 1600 (Source: Wikimedia Commons/Met)

Un peintre issu de l’environnement culturel Crétois

Né à Candie (Héraklion d’aujourd’hui) en 1541 dans une famille bourgeoise, le parcours artistique de Theotokopoulos commence en Crète, alors sous domination vénitienne ; l’île abritait à l’époque un nombre considérable de peintres professionnels, ce qui selon Nicolaos Panayotakis pouvait être lié à la grande demande en peintures religieuses par les multiples églises, les monastères et les croyants de confession orthodoxe et catholique (1986). Bien que l’artiste Theotokopoulos ait mûri ultérieurement en Italie et en Espagne, sa formation et ses premières années d’activité professionnelle sur Crète semblent avoir eu une influence sur sa trajectoire. Crète offrait d’ailleurs un substrat particulier de synthèses culturelles et de fluidité confessionnelle qui permettaient à El Greco, ainsi qu’à ses contemporains, d’intégrer différents styles et thèmes dans leur art (byzantins, occidentaux, orthodoxes, catholiques, etc.). Nicolaos Panayotakis souligne alors qu’El Greco était intégré dans le marché local d’une manière réussie, au moment où il décida d’émigrer vers Venise en 1567 (1986).

Vue du siege de Candie en 1669
Vue d'Héraklion, alors appelée Candie, durant son siège en 1669 peu avant que les Vénitiens ne rendent la ville aux Turcs (Source: Wikimedia Commons/Gallica.fr)

Passage à un catholicisme avoué

La confession d’origine de Theotokopoulos reste un sujet de débat historiographique qui en fait nous permet de saisir la fluidité confessionnelle et la laxité dogmatique sur l’île de Crète au 16ème siècle ; Panayotakis suggère qu’il est plus probable que Theotokopoulos était issu d’une famille de confession orthodoxe. Il semble que Theotokopoulos était en tout cas en bonne connaissance des pratiques du rite catholique au moment où il arriva à Venise. Cependant, Theotokopoulos fut confronté à un environnement religieux strict et un catholicisme totalement différent à celui de Crète (Panayotakis 1986).

7222 Adoración de los Reyes Magos
"L'Adoration des Mages" par El Greco, entre 1568 et 1569 (Source: Wikimedia Commons/ Museo Soumaya à Plaza Carso)

L’arrivée de Theotokopoulos en Italie et puis son passage en Espagne coïncida d’ailleurs avec la période de la Contre-réforme et des persécutions subséquentes, qui furent particulièrement farouches et violentes dans ces régions (surtout en Espagne), suivant le concile de Trente (1563). Panayotakis offre des exemples de persécutions de croyants grecs orthodoxes pour démontrer les conditions dans lesquelles El Greco dut s'adapter ; en même temps, une stratégie personnelle de succès professionnel et d’insertion sociale pourraient avoir amené Theotokopoulos à assumer le rôle d’un fervent et sublime iconographe de l’esprit de la Contre-réforme, spécialisé dans des thèmes religieux, catholique avoué jusqu’à la fin de sa vie (Panayotakis 1986). Après son passage à Rome, Theotokopoulos voyagera à Toledo où il s’installera au moins depuis 1577 et réalisera ses plus grandes et impressionnantes créations (Panayotakis 1986).

El Greco The Burial of the Count of Orgaz
"L'Enterrement du comte d'Orgaz" par El Greco, entre 1586 et 1588 (Source: Wikimedia Commons/Iglesia de Santo Tomé)

El Greco et sa vision à travers le temps

Héritier de l’œuvre du Tintoret, mais aussi étudiant de l’œuvre de Michel-Ange, du Titien et de Bassano, El Greco ne s’intéressera pas aux thèmes de la Renaissance ; suivant le Tintoret, El Greco abandonnera complètement le concept d’un espace trois-dimensionnel avec des figures solides et en motion, préférant plutôt un style avec des figures émaciées, presque déformées mais au pouvoir quasi hallucinatoire (Levey 1962). L’œuvre d’El Greco et sa spiritualité imposante signale alors, avec nombre d’autres artistes de l’époque, la fin de la Renaissance (Levey 1968). Son style, avec celui du Titien et du Tintoret, est généralement classifié dans la tendance du « Maniérisme » (Hodge 2007, Levey 1962).

La Purificacion del templo version6 El Greco
"La Purification du Temple" par El Greco, circa 1600-1614 (Source: Wikimedia Commons/Iglesia de San Ginés de Arlés)

Force est de constater qu’El Greco a été redécouvert au tournant du 19ème et 20ème siècle et classé rétrospectivement en tant que précurseur de la soi-disant « école espagnole » (Storm 2008, voir aussi Géal 1999) ; de plus, ses diverses références stylistiques et expressives ont été revendiquées et utilisées par différents courants tout au long du 20ème siècle (Storm 2008), comme par exemple les expressionnistes (Hodge 2007), ou ils ont eu un impact sur des créateurs tels que Picasso (Lubar 1996) et Jackson Pollock (Valliere 1964).

El Greco View of Toledo
"Vue de Toledo" par El Greco, entre 1596 et 1600 (Source: Wikimedia Commons/Met)

Dimitris Gkintidis | Grecehebdo.gr

INFOS PRATIQUES 
Durée: du 16 Octobre 2019 au 10 février 2020
Horaires d'ouverture:  Lundi, jeudi, dimanche de 10h à 20h / Mercredi, vendredi et samedi de 10h à 22h. Fermeture hebdomadaire le mardi - Fermé le 25 décembre 2019 | Vacances de Noël : du samedi 21 décembre 2019 au samedi 4 janvier 2020 - de 10h à 22h tous les jours et le dimanche 5 janvier de 10h à 20h (fermé le mardi) | Vacances d'hiver : samedi 8, dimanche 9 et lundi 10 février : exposition ouverte de 10h à 22h.
 

D. G.

 

banner grece hebdo migration

banner newsletter grece hebdo

  1. Interviews
  2. Cinéma grec
  3. Populaires
next
prev