Vendredi le 13  novembre 2015 une nouvelle date d’horreur à retenir. Les attaques meurtières ont semé la panique voire l’  émotion un peu partout. En Grèce,  les réactions ont  été immédiates. Devant l'ambassade de France à Athènes, face au parlement grec en plein centre ville, des Athéniens sont spontanément venus déposer des fleurs, et des bougies en signe de solidarité aux victimes et au peuple français. La classe politique grecque dans son ensemble a affiché son opposition ferme voire son indignation suite aux évenements tragiques. Quelques heures après les attentats,  le premier ministre Alexis Tsipras a exprimé sa solidarité envers les français : «L’attaque terroriste perpétrée hier soir à Paris était un coup aveugle mais à la fois ciblé; un coup contre l’Europe de la Démocratie et de la liberté, un coup contre l’Europe de la diversité culturelle», a-t-il déclaré.
hugues

«Nous faisons obstacle aux projets des terroristes et de la barbarie. Les terroristes nous vaincront seulement s’ils parviennent à nous terroriser ; s’ils nous font renoncer à nos principes; s’ils nous poussent vers une Europe forteresse où vivront des peuples apeurés», a-t-il ajouté en soulignant aussi: «Il est de notre devoir de démanteler et d’isoler les terroristes. Il est de notre devoir également de mettre fin à la spirale de violence et de conflits armés; de trouver une solution pour les réfugiés; au drame des personnes qui quittent leurs foyers, pourchassés par les mêmes terroristes et qui se noient en Méditerranée. Il est de notre devoir de créer un contexte de sécurité pour tous les peuples européens.»

Le président de la démocratie Prokopis Pavlopoulos a organisé une cérémonie spéciale pour les victimes en présence de l’ambassadeur de France en Grèce M. Christophe Chantepy  etle ministre des Affaires étrangères Nikos Kotzias a adressé à son homologue français,  Laurent Fabius une lettre de condoléances dans laquelle il a exprimé sa profonde tristesse ainsi que celle du peuple grec face à cette tragédie qui a touché le cœur de la France.
 
Les Français qui habitent en Grèce affirment  avoir  reçu de nombreux messages  personnels  des inconnus et  des invitations des voisins, comme  en témoigne entre autres  Hugues Pacorel, rédacteur en chef  du Lepetitjournal. De sa part, l’ Ambassade de France à Athènes a exprimer ses remerciements avec la phrase: «Merci du fond du coeur à tous nos amis qui ont signé le livre de condoléances. Leur réconfort nous est précieux ».

[Images/ Ambassade de France]