Asine 1929Parfois un bout de terre en Grèce prend une grande signification, capable de mettre tout en question et de changer notre perception du monde. C’est le cas du poète Georges Seferis : Deux mots dans l’Iliade d’Homère, « Et Asiné », et une visite des rares vestiges de l’Acropole de la vielle ville d’Asiné, ont suffit pour lui faire sentir le poids de l’histoire, la poussière du temps, la vanité du pouvoir, et la nostalgie d’une vie, d’une utopie, qui a chaque instant nous échappe ; Ils ont suffit pour qu’il écrive un de ses plus beaux poèmes, « Le Roi d’Asiné ».

Le site archéologique d’Asiné, situé à 7 km de Nauplie dans le Péloponnèse, se compose de l’Acropole, un énorme rocher triangulaire au-dessus de la mer. Et d’une autre colline à l'Ouest, la colline de « Mparmpouna ». Les fouilles archéologiques ont permis de révéler l’activité de la ville depuis la période protohelladique (IIIème millénaire), puis pendant les périodes mycénienne, géométrique, archaïque et hellénistique. Vers 700 av. J.-C. la ville a été complètement détruite par les Argiens et ses habitants furent forcés à la quitter. La cité a néanmoins très vite retrouvé un nouveau souffle. Les murs de l'Acropole, avec leurs vastes tours, datent de la période hellénistique (IIIème siècle avant JC) et ont a été reconstruits à l'époque byzantine. Les fouilles archéologiques à la Citadelle et au cimetière mycénien ont été effectuées par la Mission archéologique suédoise entre 1922-1930 puis, a partir de 1970, ont été poursuivit par le Service archéologique grec et l’Institut archéologique suédois.

Après des travaux de réaménagement, qui ont duré deux ans, le site vient d’ouvrir de nouveau ses portes.  L’endroit est maintenant accessible pour les personnes handicapées, les handicapés moteurs peuvent désormais flâner sur le site.  Il a également été prévu un guide pour les personnes ayant une déficience visuelle. Une salle multimédia a été construite, ou les visiteurs peuvent apprendre sur l’histoire du site et de toute la région. De plus, un poste d’observation qui avait été installé pendant la guerre  par les Italiens  dans le rocher a été transformé en salle d’expositions. Actuellement l’expo concerne des photos sur l’Argolide pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Le Roi d’Asiné est une invention pure et simple de Seferis. On ne connait rien de ce Roi, aucune information historique, aucune représentation. Mais c’est exactement cela qui inspire Seferis, le manque des vestiges anciens, leur disparition. Tout ce qui reste sont les deux mots d’Homère, « Et Asiné », qui font référence à la participation de la ville à la guerre contre Troie avec quelques navires. Mais Seferis arrive à tout reconstituer avec l’aide du paysage qui reste le même depuis des millénaires avec ses fragments d’Histoire. D’un coup la vérité de la condition humaine est révélée sous le soleil ardent de l’été…  

assini1