"Je ne regrette rien, ni des lauriers superbes, L’honneur qui m’était dû, Ni cet heureux plaisir, fait de fruits et de gerbes"
Jean Moréas, poème "Je ne regrette rien", Recueil "Les Stances" (1901)
 
Jean MOREAS Photographie par DORNAC
Jean Moréas, photo de Paul Dornac, 1902.
 
Le Symbolisme est un mouvement littéraire et artistique librement organisé, qui a apparu en France, en Belgique et en Russie à la fin du XIXe siècle. Le mouvement s'est étendu à la peinture ainsi qu’au théâtre et a influencé la littérature européenne et américaine du XXe siècle à divers degrés. Les symbolistes croient que l'art doit représenter des vérités absolues qui ne pourraient être décrites directement. Ainsi, ils écrivent de façon très métaphorique et suggestive, dotant les images et les objets particuliers d'une signification symbolique.

Ioánnis A. Papadiamantópoulos, son nom de plume Jean Moréas, né à Athènes le 15 avril 1856, et mort à Saint-Mandé (Seine) le 30 avril 1910, est un poète symboliste grec d’expression française. Issu d’une famille distinguée grecque, fils de magistrat, Jean Moréas reçoit une éducation française et va à Paris en 1875 pour y faire ses études de droit. Il y fréquente les cercles littéraires. Il rentre brièvement en Grèce avant de revenir s’installer à Paris en permanence vers 1880.

Soyez symboliste composition par Paul Gauguin pour La Plume avec le portrait de Jean Moréas 1891
"Soyez symboliste" composition par Paul Gauguin pour  La Plume avec le portrait de Jean Moréas, 1891.

Jean Moréas propose le terme "Symbolisme"

Le terme “Symbolisme” est proposé par Jean Moréas, qui utilise ici l'étymologie du mot "symbole" (« jeter ensemble ») pour désigner l'analogie (que cette poésie souhaite établir) entre l'idée abstraite et l'image chargée de l'exprimer. Pour les symbolistes, le monde ne saurait se limiter à une apparence concrète réductible à la connaissance rationnelle. Il est un mystère à déchiffrer dans les correspondances qui frappent d'inanité le cloisonnement des sens : sons, couleurs, visions participent d'une même intuition qui fait du Poète une sorte de mage.

Moreas Collage
 
Le Symbolisme oscille ainsi entre des formes capables à la fois d'évoquer une réalité supérieure et d'inviter le lecteur à un véritable déchiffrement : d'abord voué à créer des impressions — notamment par l'harmonie musicale — un souci de rigueur l'infléchira bientôt vers la recherche d'un langage inédit.

Jean Moréas publie le Manifeste symboliste, “Le Symbolisme”, dans Le Figaro du 18 septembre 1886, dans lequel il écrit:  

Ennemie de l'enseignement, la déclamation, la fausse sensibilité, la description objective, la poésie symbolique cherche à vêtir l’Idée d'une forme sensible qui, néanmoins, ne serait pas son but à elle-même, mais qui, tout en servant à exprimer l'Idée, demeurerait sujette [...] Pour la traduction exacte de sa synthèse, il faut au symbolisme un style archétype et complexe ; d'impollués vocables, la période qui s'arc-boute alternant avec la période aux défaillances ondulées, les pléonasmes significatifs, les mystérieuses ellipses, l'anacoluthe en suspens, tout trop hardi et multiforme ; enfin la bonne langue – instaurée et modernisée [...] 

Les artistes symbolistes cherchent à exprimer une expérience émotionnelle individuelle à travers l'utilisation subtile et suggestive d'un langage hautement symbolisé. Les principaux poètes symbolistes sont les Français Stéphane Mallarmé, Paul Verlaine, Arthur Rimbaud, Jules Laforgue, Henri de Régnier, René Ghil et Gustave Kahn; les Belges, Émile Verhaeren et Georges Rodenbach et le Grec, Jean Moréas.

Moréas annonce que le symbolisme est hostile au sens ordinaire, à la déclamation, à la fausse sensibilité. Son but est plutôt de vêtir l'idéal sous une forme perceptible. Ainsi, dans cet art, les tableaux de la nature, les actions des humains, tous les phénomènes concrets ne sauraient se manifester eux-mêmes: ce sont des apparences sensibles destinées à représenter leurs affinités ésotériques avec des idées primordiales.

collage poster
A gauche: Paul Verlaine et Jean Moréas au Salon des Cent. A droite: Poster, Exposition de Paris 1894, avec Paul Verlaine et Jean Moreas.

L’Ecole romane, le néo-classicisme

Approfondissant cette esthétique, il se détourne du symbolisme pour fonder en 1892 l'École romane, qui veut rompre avec l’hermétisme et opposer à l'obscurité et aux brumes du nord la lumière du monde gréco-latin, provoquant un vif débat au sein de la revue L'Ermitage, entre autres. Mais tout comme il s'était rapidement détourné du symbolisme après l'avoir créé, Moréas délaisse le romanisme pour le néo-classicisme. Son recueil le plus célèbre, Stances 1899, illustre cette nouvelle ambition avec plus de bonheur que les œuvres antérieures.

Il est symboliquement inhumé au cimetière du Père-Lachaise (89e division), Moréas ayant désiré être incinéré.
 
LIRE PLUS | GrèceHebdo: Giorgos Gounaropoulos, un visiteur du symbolisme; les œuvres euvres de Jean Moreas  
 
Ecrit par Nicole Stellos | GreceHebdo.gr
moreas skitso

M.V.

 

banner grece hebdo migration

banner newsletter grece hebdo

  1. Interviews
  2. Cinéma grec
  3. Populaires
 Interview | Denis Langlois : L’histoire de Alekos Panagoulis, le symbole de la résistance grecque
Regard historique sur le passé ottoman en Grèce | Interview avec Antonis Anastasopoulos
Interview | Stathis Pavlopoulos: Metapolitefsi.com ou la longue période après la fin de la dictature en Grèce
Interview | Asteris Koutoulas: Sur les traces du grand compositeur Mikis Theodorakis
next
prev