Yiorgos Manoussakis, né à Héraklion en Crète en 1914, fut l' un des peintres les plus remarquables des années ’30. Dès sa jeunesse, il suit des cours de peinture et d’hagiographie. Suite à des études à l’École des Beaux arts sous  la conduite éclairée de Konstantinos Parthénis, il  effectue plusieurs expositions personnelles, la première tenue à Héraklion en 1952. Au fil des années ’60, il voyage en France et en Italie, et il se familiarise avec les courants de l’art moderne. Pour une série d’années, il  travaille en tant qu’éditeur artistique des publications à la Banque Commerciale (emporiki trapeza).

L INTERIEUR D UN CAFE A MYKONOS NIKIAS

Le  repertoire de ses oeuvres reste variable. Ses aquarelles et ses dessins se caractérisent d’une fraîcheur et d’une sensibilité des couleurs. Dans ses peintures, Manoussakis mémorise, entre autres, des scènes de la Grèce du 20ème siècle, notamment les quartiers des réfugiés, surtout au quartier de Kaisariani.

BATEAUX NIKIAS

Dès ses premières œuvres, on peut apercevoir  une préférence particulière envers des objets simples faisant partie intégrante de notre quoditienneté. Ce qui l’a fortement influencé dans son parcours artistique, comme lui-même souvent l' affirmait, ce n’était pas seulement ses professeurs à l’École des Beaux arts mais son environnement pendant ses études et surtout ses collègues.

MANOUSAKIS MAINS NIKIAS

Manousakis meurt en 2003. Son œuvre, dans sa totalité, reste celle d’un artiste dont le travail est synonyme d’un effort pour la création d’une expression grecque authentique, ayant comme caractéristique principale  un style simple, discret et sans prétentions. Esprit vif, Manoussakis cherchait sans cesse de connaître le monde avec ses propres yeux, d’explorer et de comprendre ce qui se passait autour de lui, que ce soit lié à l'homme et à la nature, ou à l'art et à la science.

ENFANTS A LA PLAGE SIFNOS

m.o.

banner grece hebdo migration

banner newsletter grece hebdo

  1. Interviews
  2. Cinéma grec
  3. Populaires
Quo Vadis Europa? | Annamaria Simonazzi et Rafael de Bustillo sur les classes moyennes en Europe du Sud
Interview | Le cinéaste Yannis Economides sur la poétique des ténèbres humaines
Thomas Maloutas:  Un Atlas social pour Athènes
Interview | Hervé Georgelin:  La fin de Smyrne, du cosmopolitisme aux nationalismes
next
prev