theofylaktopoulos makis

Dans l’armoire les pull-overs
ont parlé toute la nuit.
 
Qu’est-ce qu’il lui arrive, au temps
Tel un jouet cassé par des mains maladroites.
 
Elle, tenait avec précaution
la rose, pour ne pas qu’elle s’éteigne.
 
Le temps que tu détournes la tête:
l’arbre a sorti des fleurs, graines
et promesses.
 
Je pense partir la mort dans l’âme
Et aller cinq mètres plus bas.
 
Quelles montées pour atteindre la mort.
Quels paysages desséchés, quels fleuves noirs,
quelles neiges.
 
Pourtant, au fur et à mesure qu’on approche pieds nus
du paradis, on voit les premières vignes
et tout est oublié – disait un enfant
à un autre.
  
Traduction: © Marie-Laure Coulmin Koutsaftis, Anthologie: Ce que signifient les Ithaques, 20 poètes grecs contemporains, 2013]
Peinture: Makis Theofylaktopoulos, "Figure"
 
Le poème original en grec sur notre page facebook
 

banner grece hebdo migration

banner newsletter grece hebdo

  1. Interviews
  2. Cinéma grec
  3. Populaires
next
prev