lune et eauAsphalte de la nuit, soufre de la mi-journée
 
De la pierre poreuse de l’après-midi s’élève toute blanche la lune chlorée
 
L’entourent des forêts invisibles. Des racines sauvent son corps des eaux
 
La même nostalgie brille sur son oreiller. La même souche qui met le feu aux rêves et à ses volcans éteints
 
Et glacée elle monte, intouchable
 
Tout ce que les yeux et les vieux parchemins se sont approprié en terre
 
De la mi-journée l’asphalte, de la mi-journée le soufre
 
 
 
 
Traduction © Marie-Laure Coulmin Koutsaftis, Anthologie: Ce que signifient les Ithaques, 20 poètes grecs contemporains, 2013]
 
Peinture: Thrasyvoulos Avaritsiotis ‘’Lune et eau’’
 
 
Le poème original en grec sur notre page facebook

banner grece hebdo migration

banner newsletter grece hebdo

  1. Interviews
  2. Cinéma grec
  3. Populaires
next
prev