Ah, quelle nuit c’était là…

 poe

Et elle dit, je voulais seulement mourir, et comment tout s’est renversé et repart, de cycle en cycle les écumants dans l’éau, de cycle en cycle les vies des étrangers, en des âges bizarres retrouvaient –

au cœur sauvage des apparitions le tréfonds, et dans le vent étale qui vidait, ô armadas du désert, ô plûmes, et la lamentation léchant les restes  fondus.

Les villes, lambeaux de nuit étoilée, soufflent, leur crête rouge dans la brume, vies des étrangers, au cœur de la nuit parvenant avec le défilé des tempêtes-

et moi qui voulais seulement, moi

Téméraire, comme elle se devait, et tiède de la multitude des sangs, ainsi effondrée, avant d’être jugée, elle s’est perdue

dans la vague de la mer amère, au large.

 

Traduction © Marie-Laure Coulmin Koutsaftis, Anthologie: Ce que signifient les Ithaques, 20 poètes grecs contemporains, 2013]

Peinture: Giannis Psychopaidis '' La ville pendant la nuit''

Le poème original en grec sur notre page facebook

banner grece hebdo migration

banner newsletter grece hebdo

  1. Interviews
  2. Cinéma grec
  3. Populaires
next
prev