Parfois les mots viennent tout seuls presque, comme les feuilles
aux arbres –
bien sûr, les racines, invisibles, la terre, le soleil, l’eau ont aidé
à cela,
et aussi les feuilles pourries du passé. Les idées, plus tard,
viennent facilement par-dessus, comme sur les feuilles les araignées,
la poussière
et les gouttes de rosée scintillant d’une lumière équivoque.
 
Sous les feuilles une petite fille éventre sa poupée nue ;
une goutte des rosée tombe sur ses cheveux ; elle lève la tête, elle
ne voit rien ;
et seulement cette transparence froide de la goutte, diluée dans
son corps entier.
 
Traduction: Chrysa Prokopaki et Antoine Vitez, Les Editeurs Français Réunis, 1974.
Peinture: Nikos Kessanlis, "Ombres".
Le poème original en grec sur notre page facebook
 
Skies Nikos Kessanllis final
 

banner grece hebdo migration

banner newsletter grece hebdo

  1. Interviews
  2. Cinéma grec
  3. Populaires
Quo Vadis Europa? | Annamaria Simonazzi et Rafael de Bustillo sur les classes moyennes en Europe du Sud
Interview | Le cinéaste Yannis Economides sur la poétique des ténèbres humaines
Thomas Maloutas:  Un Atlas social pour Athènes
Interview | Hervé Georgelin:  La fin de Smyrne, du cosmopolitisme aux nationalismes
next
prev