Makridakis8

Yiannis Makridakis est né à Chios en 1971 et a étudié les mathématiques. En 1997, il a fondé le Centre d’études Chios dans le but de rechercher, d’archiver et d’étudier divers aspects de l’île de Chios, d’organiser ses programmes de recherche et d’éducation. De plus, il  a publié la revue trimestrielle «Pelinnaio» jusqu'en 2011. En 2010, il a quitté Athènes pour regagner Volissos, dans la partie nord-ouest de Chios «comme un acte de défi contre un système financier mondial qu’il a trouvé insoutenable». Il a créé l’ «Aplepistimio» de Volissos, qui organise des séminaires sur l’agriculture naturelle, un régime alcalin et un mode de vie anti-consommation.

Il a écrit les livres suivants (titres traduits du grec): Syrmatenioi, xesyrmatenioi all. Chiot refugees and soldiers in the Middle East: Testimonials 1941-1946 (2006), 10.516 jours: Histoire du grec moderne Chios 1912-1940, récit historique (2007), One and Half Tin Cans, roman (2008), traduit en turc, The right-hand pocket of the Cassock, novella (2009), traduit en français [Au fond de la poche droite, éd. Kambourakis septembre 2018]  Sun with teeth, roman (2010), Rabbit’s wool, novella (2010), The fall of Constantia, roman (2011) qui a été traduit en français [La chute de Constantia, éd. S. Wespieser 2015], The rooster’s broth, novella (2012), God’s eye, novella (2013), Anti Stefanou, novella (2015), The first vein, novella (2016).

Ses articles politiques et philosophiques ont paru dans la presse internationale et ont été traduits en anglais, allemand, français, espagnol, néerlandais et suédois.

Yiannis Makridakis a été interviewé par Greek News Agenda* sur son lieu de naissance, Chios - où se déroulent les histoires de la plupart de ses livres - et sur ses protagonistes, «des gens qui ont eu du mal dans leur vie, mais qui la défendent avec dignité».

Xios 1556
Le port de Chios, gravure de 1556.

La plupart de vos livres ont lieu sur l'île de Chios, votre lieu de naissance, illustrant de manière éloquente la langue, les coutumes, les traditions et les activités des habitants. Qu'est-ce qui fait que Chios continue de vous charmer et de vous inspirer? Comment répondez-vous à ceux qui vous décrivent comme d’un digne descendant d'Alexandros Papadiamantis ?

Mes histoires se déroulent principalement dans des micro-sociétés insulaires parce que je suis inspiré et charmé par l'atmosphère que l'on peut encore ressentir dans ces sociétés. Cette atmosphère a été créée par un processus de longue date de «fermentation» des insulaires avec le paysage égéen brut mais harmonieux et serein.Être un insulaire est une partie importante lorsqu’ on cherche à comprendre ce qui signifie être grec. Pourtant, comme cela se produit dans tous les milieux anthropologiques et ethniques, l’identité des insulaires est maîtrisée et détruite à un rythme rapide par l’assaut du consumérisme, ce qui entraîne l’homogénéisation des sociétés par une perception destructrice du développement de l’environnement. Quant à Papadiamantis, c'est un grand honneur d'être comparé à lui; C’est pourtant une comparaison facile et superficielle, fondée uniquement sur le fait que les sociétés insulaires jouent également un rôle prépondérant dans le travail de Papadiamantis.

Books francais collage
Les deux livres de Makridakis traduits en français: "Au fond de la poche droite" (sorti en France en septembre 2018) et  "La chute de Constantia" (sorti en 2015).

Dans sa revue, Giorgos Kostakiotis a écrit que vos protagonistes vivent en marge de la société et que la seule issue est la négation totale et la rupture. Vous identifiez-vous avec vos héros? La rupture est-elle le seul moyen d’atteindre notre «catharsis» personnelle ?

Dans une certaine mesure, je m'identifie à mes héros, mais je ne sais pas vraiment si j'ai la même vigueur et la même endurance. Mes héros sont généralement des gens qui ont pris une mauvaise direction dans leur vie, mais ils la défendent avec dignité. Ce sont des gens qui ont perçu la vie comme une mission et qui sont restés fidèles à cette mission jusqu'au bout. Ceux-ci sont entrés en conflit avec ce qu’ils considéraient comme un statu quo parce qu’ils ne pouvaient pas faire autrement. Pour le moment, c’est ce que je fais moi-même et j’espère pouvoir faire la même chose tout au long de ma vie. La rupture est, à mon avis, la réaction parfaitement naturelle d'un être humain qui revendique son droit à la vie.

Le local et le global sont interdépendants dans la plupart de vos livres, toutefois avec une priorité évidente pour le premier. La localité est-elle toujours pertinente dans un monde de plus en plus mondialisé? Les actions locales pourraient-elles susciter des changements ou des actions politiques au niveau national ou même mondial ?

Le «global» est la somme de tous les «locaux». Quiconque se soucie de vivre en harmonie avec ses pairs et avec toutes les créatures de son micro-cosmos environnant fait progresser l'harmonie mondiale.Ce n’est que par l’action collective des petites communautés, qui sont vraiment conscientes de leur dépendance naturelle et de leur coexistence, qu’il y a un espoir de changement au niveau mondial.C’est seulement à partir de petites communautés que l’humanité peut revoir son système de valeurs, se débarrasser de son identité et se rendre compte que la véritable richesse réside dans la biodiversité et les ressources naturelles.

Les critiques affirment que votre accent sur le bonheur rural contre le déclin urbain vise à revitaliser un passé idéaliste. Étant donné que vous êtes également un activiste environnemental et un agriculteur vous-même, vos livres constituent-ils un autre moyen de motiver les gens vers un mode de vie alternatif?

Je ne suis ni fan, ni un fervent partisan d'un mode de vie passé. Parce que je suis sûr que si nous devions revenir au passé, nous arriverions tôt ou tard au même point, nous arriverions au même blocage, ce qui serait encore plus décourageant. Personnellement, je vis avec des plantes et autres créatures proches des ressources naturelles, que j'essaie de protéger et de gérer avec le plus de prudence et de conscience possible, tandis que certains de mes livres proposent un changement d'attitude: se rapprocher de notre moi naturel, renoncer à notre nature de consommateur et se tourner vers une ère post-consommation; un changement qui a déjà commencé à prendre forme.

CollageNature makrid

«Aux réfugiés de guerre modernes qui viennent dans notre pays, nous devons rendre en retour ce que leurs ancêtres ont offert aux nôtres». Étant donné que votre premier livre [Συρματένιοι, ξεσυρματένιοι, όλοι] concerne les réfugiés de guerre de Chios au Moyen-Orient (1941-1946), comment commenteriez-vous la crise actuelle des réfugiés / migrants ?

Les flux de réfugiés actuels se déplacent dans des directions exactement opposées à celles de 1941, lorsque des réfugiés de guerre grecs appauvris sont partis sur les côtes turques à bord de bateaux et se sont retrouvés après de longs voyages dangereux au Moyen-Orient. La guerre est le bouton de réinitialisation du capitalisme.

Les guerres modernes sont le résultat de la consommation irrationnelle des ressources naturelles de la planète par les pays et sociétés dits développés. Ces pays «prospèrent» au détriment d’autres êtres humains et d’autres lieux, dont ils convoitent ou ont déjà conquis et exploitent la richesse naturelle pour continuer à «prospérer». Une conséquence parfaitement naturelle de cette conquête ou de cette acquisition violente des ressources naturelles d’un lieu est le déplacement de sa population vers ses ressources naturelles.

Dans le monde dit développé, on assiste à une redistribution raciale et démographique généralisée: il n’est ni possible ni « éthique » d’essayer de l’arrêter par des moyens violents. La seule solution consiste à faire avancer l'agenda politique vers la préservation de nos ressources naturelles, à adopter une méthode de développement et de vie biocentrique - et non plus anthropocentrique. Nous devons abandonner la consommation suicidaire, sinon meurtrière, si nous voulons protéger chaque pays contre la désintégration et la destruction.

varkakatoxi1390907982

«L'écriture et l'activisme social vont de pair. Tant que je suis socialement actif, je continuerai à écrire. Quand je suis fatigué, je vais aussi arrêter d'écrire ». Dites-nous en plus.

Ecrire pour moi est le résultat d'un activisme social; la littérature se trouve à l'intérieur de la vie elle-même, née et florissante à travers l'interaction entre les personnes et d’autres organismes vivants. En d'autres termes, la littérature vit librement dans les sociétés humaines et l'écrivain qui, par définition, a le désir de le découvrir et de le transformer en livre, ne peut que s'entremêler avec d'autres, fouiller dans leur âme, observer leurs expressions, leurs actions , leur attitude envers le monde et la collecte de leurs mots. Ce faisant, il ne peut s'empêcher de prendre part de leurs affaires et de prendre une position claire et publique sur toutes les questions qui les préoccupent. L'écrivain ne peut pas faire autrement; c'est une réaction naturelle contre l'injustice. C'est du moins ce que je ressens personnellement.

* Interview accordée à Athina Rossoglou pour Greek News Agenda | Reading Greece. Traduction de  l’ anglais : Nicole Stellos.

Volissos Foto Yianni Kostari
Volissos (Chios). Photo de Yiannis Kostaris.
M.V. 

banner grece hebdo migration

banner newsletter grece hebdo

  1. Interviews
  2. Cinéma grec
  3. Populaires
 Interview | Denis Langlois :  Alekos Panagoulis, le symbole de la résistance grecque
Regard historique sur le passé ottoman en Grèce | Interview avec Antonis Anastasopoulos
Interview | Stathis Pavlopoulos: Metapolitefsi.com ou la longue période après la fin de la dictature en Grèce
Interview | Asteris Koutoulas: Sur les traces du grand compositeur Mikis Theodorakis
next
prev