Comme vous pouvez le lire dans n’importe quelle encyclopédie médicale, les noix de toute sorte sont bonnes pour la santé. Les Grecs les mangent parce qu’ils les aiment et parce qu’il y en a toujours eu en abondance. Avec ses îles, ses plaines, ses montagnes et ses grandes différences climatiques, la Grèce connaît une variété énorme de noix, d’amandes, de noisettes et de pistaches de toute sorte. Au naturel, ou traitées dans des plats divers et des gâteaux, les noix font partie intégrale du régime grec.

Sans vouloir sous-estimer la qualité des noix, des amandes ou des noisettes grecques, c’est les pistaches qui méritent le plus d’être mentionnées. Et quand on dit ‘pistache’ on pense à Égine, l’île au sud d’Athènes, où la substance du sol et le climat lui donnent un goût et un arome unique.

Le ‘pistachier d’Égine’ a été cultivé dans l’île dès 1860 et de là il s’est dispersé en Attique et dans le reste de la Grèce. Les producteurs locaux sont bien organisés, ont de hautes normes de qualité et contrôlent le produit final. Légèrement salée et grillée, la pistache d’Égine a une couleur rougeâtre et un goût exquis, de loin supérieur à toutes les pistaches que vous avez mangées auparavant. A partir de 1996, la pistache d’Égine est reconnue comme un produit d’Appellation d’Origine Contrôlée.

banner grece hebdo migration

banner newsletter grece hebdo

  1. Interviews
  2. Cinéma grec
  3. Populaires
Quo Vadis Europa? | Annamaria Simonazzi et Rafael de Bustillo sur les classes moyennes en Europe du Sud
Interview | Le cinéaste Yannis Economides sur la poétique des ténèbres humaines
Thomas Maloutas:  Un Atlas social pour Athènes
Interview | Hervé Georgelin:  La fin de Smyrne, du cosmopolitisme aux nationalismes
next
prev