L'île de Délos constitue un témoignage unique des civilisations du monde égéen pendant trois millénaires. Au cours de la période paléochrétienne, c'était le siège de l'évêché des Cyclades, qui contrôlait les îles de Mykonos, Syros, Sériphos, Kythnos et Kéos. Depuis le VIIe siècle av. J.-C. jusqu'à son pillage par Athénodoros, Délos fut l'un des principaux sanctuaires panhelléniques. La fête des Déliens, qui fut célébrée tous les quatre ans, en mai, jusqu'en 316 av. J.-C., comportait des compétitions gymniques, équestres et musicales, des danses, des spectacles de théâtre et des banquets. C'était l'un des principaux événements du monde grec. 
 
Délos est une île minuscule, longue de 5 km du nord au sud pour à peine 1,3 km d'est en ouest. C'est là que naquit Apollon, fils de Zeus et de Léto. Comme Delphes, Délos est le principal sanctuaire consacré à Apollon, divinité ouranienne par excellence, et l'une des plus importants du panthéon hellénique. 
 
Sur l'île, qui avait été occupée précédemment tout gravitait autour du sanctuaire d'Apollon qui était le siège de l'amphictyonie des Ioniens. Naxiens, Pariens et Athéniens se disputèrent le site jusqu'au triomphe de ces derniers sous Pisistrate (vers 540-528 av. J.-C.). Les Athéniens ordonnèrent alors la première purification du site. En 454, le Trésor de la confédération délienne, qui avait remplacé l'amphictionie, fut déplacé à Athènes. En 426, un second décret de purification interdit de naître ou de mourir à Délos. Les femmes enceintes et les personnes proches de la mort devaient être transportées dans l'île de Rhénée. Cette décision, motivée par des considérations religieuses, ne manquait pas cependant d'arrière-pensées politiques. En 422 av. J.-C., les Déliens furent déportés en masse pour accroître l'emprise athénienne sur l'île. À l'exception de quelques courts sursis ou accords ponctuels, leur exil dura jusqu'en 314, lorsque Délos reprit son indépendance de principe. L'île devint un port méditerranéen cosmopolite très important, brassant un trafic considérable au cours des IIe et Ier siècles av. J.-C., époque au cours de laquelle sa population est estimée à 25 000 habitants. 
 
Le paysage de l'île ne comporte plus aujourd'hui que des vestiges fouillés systématiquement depuis 1872 ; sur un site archéologique estimé à 95 ha, 25 seulement ont été fouillés. Les principaux centres d'intérêt sont la plaine côtière nord-est (sanctuaire d'Apollon, agora des Compétaliastes et agora des Déliens) ; l'aire du Lac sacré (agora de Théophrastos, agora des Italiens, la célèbre terrasse des Lions et l'Établissement des poséidoniastes de Berytos-Beyrouth) ; l'aire du mont Kynthos (terrasse du sanctuaire des dieux étrangers et Héraion) ; enfin, le quartier du théâtre, dont les ruines magnifiques ont été envahies par la végétation. 
 
L'île de Délos est l'un des principaux sites grecs du monde égéen à avoir attiré l'attention des archéologues. L'île a exercé une influence considérable sur le développement de l'architecture et des arts monumentaux au cours de la période gréco-romaine ; cette influence fut ensuite renforcée par le rôle important qu'elle joua à partir du XVe siècle en accroissant notre connaissance de l'art grec ancien.

banner grece hebdo migration

banner newsletter grece hebdo

  1. Interviews
  2. Cinéma grec
  3. Populaires
next
prev

Greece 2021