poesielaz17mai
Ah, les poèmes
qui ont cessé de remuer dans l'âme
en leur éblouissante jeunesse
 
qui furent écrits
achevés
cristallisés en mots ;
 
dont l'immobilité frémit parfois
— c'est rare —
touchée par un vrai cœur.
 
Comme ces morts inconsolables, si beaux
quand dans nos rêves ils se dressent avec aux lèvres
un peu de pollen d'immortalité.
 
Traduction: Michel Volkovitch 
Peinture: Georgios Lazogkas ''Lettre'' source nikias.gr
 
Le poème original en grec sur notre page facebook

 

 

banner grece hebdo migration

banner newsletter grece hebdo

  1. Interviews
  2. Cinéma grec
  3. Populaires
next
prev