tsarou palmier

Le vers devenu moins précieux,
plus profond, presque silencieux,

dans ce familier voisinage ;
la brise douce à ton visage,

comme à la porte de l'été
une main qu'on voit s'agiter,

une robe qui se balance,
l'odeur du jasmin dans la danse,

les rameaux penchant, frissonnant
dans le jardin convalescent ;

te revoilà dans ton domaine,
et le soir verdoyant t'amène

fraîcheur, consolation ; pourtant,
comment se dire : soixante ans ?

 

Traduction: Michel Volkovitch

Photo: Jardin avec palmier et moulin à vent à la maison d'Elytis - Yiannis Tsarouchis (nikias.gr)

Le poème original en grec sur notre page Facebook

banner grece hebdo migration

banner newsletter grece hebdo

  1. Interviews
  2. Cinéma grec
  3. Populaires
next
prev