Attentats meurtriers à la capitale politique de l’ Europe. Bruxelles, la ville cosmopolite de la tolérance et de la création artistique est depuis hier en deuil  entre bougies, messages et peluches des habitants de la ville. Sur le plan européen, la solidarité est aussi de mise. En Grèce, la classe politique n’ a manqué dans son ensemble de condamner de façon ferme, cette nouvelle preuve de barbarie au cœur de l’ Europe.

Le président de la République, Prokopis Pavlopoulos, a exprimé, dans un message au roi Philippe de Belgique ses sincères condoléances aux familles des victimes des attaques terroristes abominables perpétrées mardi à Bruxelles ainsi que les sentiments de solidarité du peuple grec envers le peuple belge pour ces actions atroces qui offen-sent, a-t-il souligné, l’Europe et ses valeurs démocratiques ainsi que les sociétés européennes dans leur ensemble.   

« Nous exprimons la solidarité de la Grèce au peuple belge. La peur, la haine religieuse et le racisme ne doivent pas l’emporter sur l’Europe », a indiqué le premier ministre, Alexis Tsipras, sur son compte Twitter. Quant au président de la Nouvelle Démocratie  Kyriakos Mitsotakis, celui-ci a souligné que « les atroces attaques meurtrières à Bruxelles sont un coup porté à tous les peuples européens et à la Grèce » et mettent en évidence de manière tragique les grandes menaces et les défis d’une époque difficile.