« Car nous voulons la Nuance encore,

Pas la Couleur, rien que la nuance !

Oh ! la nuance seule fiance

Le rêve au rêve et la flûte au cor ! »

 

 Paul Verlain , Art poétique, (1874)

gounaropoulos2Οn entend par le terme symbolisme, un courant littéraire et artistique particulièrement visible à la fin du XIXème siècle en France, en Belgique. Citons à titre indicatif, côté littérature les français Verlain, Mallarmé, Laforgue, côté peinture les belges Khnopff, Spilliaert, Rops. Un grec est le parrain de ce terme qui renvoie à l’acte de ‘’jeter ensemble’’ pour décrire l’analogie entre une idée abstraite et son image vouée à l’exprimer à savoir Ioannis Papadiamantopoulos, dit Jean Moréas (1856-1910). Le symbolisme fait la belle part à l’allusion, à la nuance et au mystère  en réaction au naturalisme et au mouvement parnassien de la  même époque. Pour ce qui est de l’accueil de ce courant en Grèce, il est à noter dans l’entre deux guerres  le romancier Chatzopoulos et son ‘’Automne’’ et les poètes Karyotakis, Filiras, Agras, Lapathiotis, Papatsonis.

Giorgos Gounaropoulos (1889-1977) membre de la fameuse génération des années ‘30’ rejoint le courant du symbolisme sur le plan de la peinture et présente ses œuvres  pendant sa phase parisienne à la  Galerie Vavain Raspail en 1925 et à la Galerie Jacques Bernhein en 1928. Peintre de l’objectivité avec un fonds philosophique perceptible dans son œuvre  est actuellement au menu de la programmation à la Fondation Theocharakis, entre le 9 mars et le 13 mai à propos d’une exposition intitulée: “ Giorgos Gounaropoulos et la poétique du symbolisme. Peinture 1912-1976’’. L’expo est ouverte au public tous les jours. Pour plus de détails, voir ici.

banner grece hebdo migration

banner newsletter grece hebdo

  1. Interviews
  2. Cinéma grec
  3. Populaires
next
prev