Les termes de Lumières « serbes », « néo-helléniques », « bulgares », « roumaines », « albanaises » ou « ottomanes », dont la signification peut sembler évidente, soulèvent toujours un certain nombre de questions. Un colloque international qui se déroule à Athènes du 23 au 25 mai 2018 est  l'occasion d’ y porter un nouveau regard.
 
Le colloque examine comment l’idée de « Lumières », perçue comme une catégorie historique, voire comme une étape de l’histoire universelle, a été inscrite dans les histoires locales, et notamment dans les récits historiques, philosophiques, littéraires ou économiques des XIXeet XXesiècles. A l’ordre du jour du colloque,  les processus de nationalisation dans la région des Balkans en partant  des questions comme : Pourquoi les Lumières ? Quelles Lumières ?

GrèceHebdo* a suivi la journée d’ouverture de ce colloque, organisée par l'Université Panteion des sciences sociales et politiques (Athènes) et l'Institut de recherche sur la Renaissance, l'âge Classique et les Lumières (UMR 5186 du CNRS, Montpellier).

On présente ici  un compte rendu avec les principales interventions des historiens et universitaires qui y ont participé. Ce colloque passionnant se conclue aujourd’hui (25 mai) à l’Institut des relations internationales de l’Université Panteion à Plaka (salle des conférences. 3, rue Hill -programme).

Ottoman Empire 1696 by Jaillot 1
Carte de l'empire Ottoman et de ses subdivisions en 1696, par Hubert Jaillot.
 

Conférences d’ouverture | Les Lumières aujourd’hui : l’idée du « progrès » en tant qu’anachronisme tenace

La séance d’ouverture a été accueillie par l’Institut Français le mercredi 23 mai 2018. Mikaël Hautchamp, directeur de l'Institut Français de Grèce, et Alexandre Farnoux, directeur de l’Ecole Française d’ Athènes, ont ouvert le colloque eninsistant sur la place centrale que tiennent les Lumières dans le cadre des institutions culturelles françaises. Mikaël Hautchamp a souligné  que cette année l’Institut fête ses 111 ans et que son parcours historique est vecteur des richesses et des complexités du phénomène des Lumières dans ses déclinaisons balkaniques. Alexandre Farnoux a ensuite pointé que le colloque s’inscrit dans la programmation scientifique de l’Ecole, du fait qu’à l’occasion du bicentenaire de la révolution grecque en 2021 l’EFA s’intéresse particulièrement au rôle que les Lumières ont joué dans le mouvement d’indépendance Grecque.

La séance a ensuite continué avec les discours d’ouverture, sous la modération de Chrysanthi Avlami.

Bertrand Binoche a esquissé une approche critique de la question perpétuelle «  qu’est-ce que les Lumières », en suggérant que ce phénomène pourrait être plutôt interprété en tant que démarche critique et agonistique continue plutôt qu’un mouvement à caractère défini et fixe.

 Le concept négatif de « préjugé » qui fut couramment utilisé dans les textes de l’époque, au sens de passivité  ou docilité, permet de comprendre la philosophie des Lumières en tant qu’engagement pratique et public. Cette nature polémique et réflexive  de la philosophie des Lumières (« athéisme argumentatif ») fut toutefois neutralisée et dépolitisé durant le 19ème siècle par différentes fractions de la classe politique française (autant républicaines que libérales). Bertrand Binoche a même tenu a défendre l’incertitude que prônent selon lui les Lumières, en référence à des critiques telles que celle de Reinhart Koselleck.

balkans cvr INTRO
Pause de café, Montenegro, 1904. Foto: Rudolf Mosinger, 1904 – National Museum of Montenegro, Cetinje).
 
De son côté, l’historien Christos Hadziiosif a aussi abordé le sujet des relations entre les champs intellectuel et  politique, en centrant sur le cas des historiens de l’Institut Historique de Göttingen à la fin du 18ème siècle.

S’agissant d’une des premières unités de recherche historique professionnelles, cet Institut, ainsi que ses acteurs principaux, tels que l’historien matérialiste et universaliste Schlözer, nous permettent de saisir le potentiel radical mais aussi les limites pragmatiques de l’historiographie des Lumières. Ceux-là ont été surtout conditionnés par la médiation et l’institutionnalisation universitaire. La cristallisation des enjeux politiques de la révolution française à la fin du 18ème a toutefois rendu l’acte de balance intenable pour ces historiens, en faisant éclater en même temps les contradictions internes de ce champ.

A noter que, en répondant aux questions des participants, Christos Hadziiosif, ainsi que Bertrand Binoche, ont tous deux tenu à souligner que l’idée d’une notion bien définie de « progrès » tenant une place centrale dans le mouvement des Lumières est un anachronisme tenace.

Franck Salaün a ensuite entrepris de retracer la valeur symbolique que tiennent les Lumières dans bon nombre de projets de construction culturelle nationale. Cette instrumentalisation nationale (ou « nationalisation ») des Lumières tient au fait que parvenir à établir une histoire des Lumières nationales est souvent sensé garantir à une « nation » une place dans la soi-disant « jeunesse de la modernité ».

Ces projets de nationalisation des Lumières n’appartiennent pas seulement au passé, mais des démarches de revendication de la paternité des Lumières sont toujours en train de resurgir en Europe par voie de publications ou de campagnes diverses. Ceci semble en fait contredire le principe universaliste fondamental des Lumières. C’est de ce point de vue même que Franck Salaün a aussi pointé les contradictions et la nature réductrice de l’identification des Lumières avec le colonialisme qui est souvent mise en avant par les représentants des études postcoloniales.

Par la suite, Jean-Pierre Schandeler a communiqué sur la mobilisation des Lumières dans un nombre de crises contemporaines, en distinguant trois types d’usage. Tout d’abord, les Lumières se sont progressivement constitués en tant qu’objet légitime d’étude académique (qui à son tour légitime aussi). Un deuxième mode de mobilisation à faire avec le réinvestissement politique des Lumières lors de conflits politiques nationaux tout au long du 20ème siècle et finalement, un troisième type de mobilisation, beaucoup plus collectif et spontané, consiste au fonctionnement des Lumières en tant que « dispositif enchanteur » le lendemain d’événements traumatisants, comme fut par exemple l’intérêt renouvelé des français pour l’œuvre de Voltaire  Traité sur la tolérance à la suite des attaques terroristes sur Paris en 2015.

Le colloque se conclue aujourd’hui (25 mai) à l’Institut des relations internationales de l’Université Panteion à Plaka.

* Texte écrit par Dimitris Gkintidis | GreceHebdo.gr

INFOS PRATIQUES
Colloque international: "De l’Europe ottomane aux nations balkaniques: les Lumières en question", Athènes du 23 au 25 mai 2018. 
 
A LIRE AUSSI
candia map 1669
Carte d'Heraklion (Cabdia), Franfurt 1669.
 
M.V.
 

À la Une

Interview | Denis Langlois : L’histoire de Alekos Panagoulis, le symbole de la résistance grecque

19 Déc 2018 Interviews
Il y a cinquante ans, le 17 novembre 1968, Alekos Panagoulis (1939-1976) est condamné à mort par la Cour martiale d’Athènes pour avoir tenté d’assassiner le colonel Georgios Papadopoulos qui dirige la dictature des colonels (1967-1974). Le 13 août 1968, Alekos Panagoulis avait placé sous la route une bombe qui a explosé quelques instants après le passage de la voiture blindée du dictateur. Le…

Regard historique sur le passé ottoman en Grèce | Interview avec Antonis Anastasopoulos

14 Déc 2018 Interviews
Les études ottomanes en Grèce depuis le milieu des années 80, et surtout depuis les années 90, ont connu un essor considérable. Plus particulièrement, les programmes d'histoire ottomane de Réthymnon en Crète sont considérés parmi les plus réussis, non seulement au niveau national, mais au niveau international aussi. GrèceHebdo.gr a interviewé* le professeur Antonis Anastasopoulos, entre autres,…

Littérature grecque en français: Maria Iordanidou | Loxandra, une femme fabuleuse de Constantinople

12 Déc 2018 Lettres
Née à Constantinople en 1897, Maria Iordanidou est surtout connue pour son œuvre "Loxandra", qui était le prénom de sa grand-mère. Iordanidou a vécu, de 1901 à 1909 au Pirée, mais après le divorce de ses parents, elle se réinstalle à Constantinople et suit des études au Collège américain pour les filles à Scutari. Le déclenchement de la Première Guerre mondiale la trouve chez son oncle, à…
Un musée pour Nikos Beloyannis, l’homme à ...
Fin mars 2017, 65 ans après l'exécution de Nikos Beloyannis (1915-1952) et de ses camarades Dimitris Batsis, Nikos Kaloumenos et ...
Lire plus
Rébétiko: le
Le Rébétiko est la musique populaire grecque urbaine des marginaux et des classes les plus pauvres de la première ...
Lire plus
Le secret le mieux gardé de Crète : les ...
Situé au sud de la Crète, à deux heures de Heraklion, le petit village de Viannos est surtout connu ...
Lire plus
Mataroa: l’odyssée du navire de l’espoir | ...
  Une exposition dédiée aux femmes artistes, qui ont voyagé vers la France en 1945 avec le fameux navire Mataroa, se ...
Lire plus
Interview | Athéna Skoulariki:  enjeux autour ...
Athéna Skoulariki est maître de conférences au Département de sociologie de l'Université de Crète. Elle se ...
Lire plus
Littérature grecque en français: Stratis ...
Caractérisé comme l’un des plus importants prosateurs de la génération des années ‘20, Stratis ...
Lire plus

banner grece hebdo migration

banner newsletter grece hebdo

  1. Interviews
  2. Cinéma grec
  3. Populaires
 Interview | Denis Langlois : L’histoire de Alekos Panagoulis, le symbole de la résistance grecque
Regard historique sur le passé ottoman en Grèce | Interview avec Antonis Anastasopoulos
Interview | Stathis Pavlopoulos: Metapolitefsi.com ou la longue période après la fin de la dictature en Grèce
Interview | Asteris Koutoulas: Sur les traces du grand compositeur Mikis Theodorakis
next
prev