A partir d’aujourd’hui (26 juin 2015) la vie de presque 150.000 enfants nés en Grèce sera différente: la nouvelle loi sur la citoyenneté, qui l’accorde  aux immigrants de deuxième génération serait discutée et votée en plénière. «Au cours des vingt dernières années, les enfants nés en Grèce, vivent et essaient  de planifier leur vie ici, sans avoir accès à la citoyenneté grecque. Jusqu’en 2010, la Grèce était le seul pays de l’UE manquant de la législation appropriée pour distinguer ces enfants de leurs parents. En fait, jusqu’à aujourd’hui ces enfants ne peuvent pas demander la naturalisation jusqu’à ce qu’ils atteignent l’âge de dix-huit ans” explique la ministre chargée de la Politique migratoire, Tassia Christodoulopoulou. 
 
 
La nouvelle loi (modifiant la loi 3838/2010) célébrée hier soir dans un grand concert sur la place Syntagma,  remplit un vide législatif causée par une décision du Conseil d’Etat émise en février 2013 qui se prononçait sur la non-conformité de la loi envers la Constitution grecque.« La citoyenneté n’est pas seulement une question de droits de l’homme. Elle constitue également une question de démocratie.  Le but de notre projet consiste à  résoudre un problème qui affecte  la vie d’environ 150.000 personnes – mais aussi d’avoir une nouvelle lois capable de résister à l’épreuve du temps  » précise  le professeur Dimitris Christopoulos, conseiller du ministre de l’Immigration.

M.V.