Une exposition représentative de l'œuvre du célèbre graveur grec, A.Tassos (1914-1985), est organisée au Musée Benaki (bâtiment de l’avenue Pireos) jusqu’au 31 janvier 2016, à l’occasion du centième anniversaire de sa naissance et du trentième anniversaire de sa mort.
 
L'exposition donnera aux visiteurs l’opportunité deréévaluer le travail de Tassosà l'aide de la technologie moderne et la reproduction numérique. Celle-ci comporte les œuvres les plus importantes de l'artiste (gravures, dessins, gravures sur bois) et est divisée en six sections chronologiques: travaux d’étudiant (1934-19390, Occupation (1940-1946), gravures de bois en couleur (1947-1960), Noir et Blanc (1960-1966), Noir et Blanc II (1967-1974), Derniers projets (1975-1985).
 
tassos3
 
Anastasios Alevizos, mieux connu sous le nom  A. Tassos, né en Messénie dans le Péloponnèse, a fait des études à l’école des Beaux-arts à Athènes, sous la surveillance du fameux graveur  Yannis Kephallinos. Il rejoint le Parti communiste grec en 1930 et, durant l’Occupation nazie, il rejoint le Front de libération nationale(EAM). De 1954 à 1967, tout en travaillant pour la Poste grecque, il a implémenté des techniques innovatrices sur le design des timbres. En 1959, il devient directeur du département pionnier des arts graphiques à l'Institut Technologique d'Athènes. Pendant la période de la dictature des colonels 1967-1974, il s’est auto-exilé à l’étranger en créant des œuvres qui exprimaient son propre esprit de révolte sociale. Jusqu’à la fin de sa vie, il est resté fidèle à la lutte pour une société nouvelle, juste, démocratique et socialiste. 
 
Le travail de Tassos présente une perfection technique et dispose d'une austérité dorique mais aussi poignante pour ce qui est de la représentation des gens ordinaires. Il convient aussi de reconnaitre à partir de son œuvre  la grandeur d’un artiste militant, fidèle et engagé tout au cours de sa vie à l'affaire de la lutte pour une société nouvelle, juste, démocratique et socialiste.

banner grece hebdo migration

banner newsletter grece hebdo

  1. Interviews
  2. Cinéma grec
  3. Populaires
Quo Vadis Europa? | Annamaria Simonazzi et Rafael de Bustillo sur les classes moyennes en Europe du Sud
Interview | Le cinéaste Yannis Economides sur la poétique des ténèbres humaines
Thomas Maloutas:  Un Atlas social pour Athènes
Interview | Hervé Georgelin:  La fin de Smyrne, du cosmopolitisme aux nationalismes
next
prev