kastelorizo visit greece

La délimitation des zones maritimes entre la Grèce et la Turquie doit être le fruit d'un processus de dialogue sur la base du droit international, selon le message envoyé par les représentants du gouvernement grec, du Parlement, des gouvernements locaux, du monde académique, ainsi que des députés et des sénateurs de la diaspora grecque internationale, membres de l’Union Interparlementaire Mondiale de l’ Hellénιsme (WHIA) –l'organisation composée de députés et sénateurs d'origine grecque élus dans 28 pays– lors de la conférence sur « Le droit de la mer et les positions de la Grèce et la Turquie sur la délimitation des zones maritimes dans la mer Égée" tenue le 2 août 2021 à Kastellorizo. La conférence était organisée par (WHIA, en collaboration avec la Région sud de la Mer Égée et avec le soutien du Secrétariat général pour les Grecs à l'étranger et la diplomatie publique du ministère grec des Affaires étrangères.

Les discours d'ouverture ont été prononcés par Ioannis Chrysoulakis, secrétaire général pour les Grecs à l'étranger et la diplomatie publique du ministère des Affaires étrangères, Georgios I. Noulas, politologue - expert en relations internationales, docteur de l'Université de la mer Égée, avocat de la WHIA et conseiller juridique et Angelos Syrigos, ministre adjoint de l'Éducation et des Affaires religieuses et professeur agrégé de droit international et de politique étrangère ; des salutations formelles ont été adressées par Leonidas Raptakis (sénateur de l’íle de Rhodes Island et président de WHIA), Savvas Anastasiades (président du Comité permanent spécial sur la diaspora), Alkiviadis Stefanis (vice-ministre de la Défense nationale), Kostas Chrysochoidis (vice-gouverneur régional, représentant le gouverneur de la Région sud de la Mer Égée George Hatzimarkos), Stratos Amygdalos (adjoint au maire de Megisti (Kastellorizo) et Demetries Grimes, commandant vétéran de la marine américaine. Un message a été également envoyé par l'ancien Président de la République hellénique, M. Prokopios Pavlopoulos.

kastelorizo conference

Au début de son discours Ioannis Chrysoulakis a souligné le fait que la Grèce a ratifié la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (UNCLOS) depuis 1995, et a ajouté que les récents accords entre la Grèce, l'Italie et l'Égypte sur la délimitation de leurs zones économiques exclusives démontrent le respect par les pays méditerranéens du droit international. « Dans le cas de la Turquie, cependant, nous constatons des activités persistantes, illégales et agressives à l’encontre de la Grèce sur la mer Égée et en Méditerranée orientale et à l’encontre de Chypre en Méditerranée orientale,droits souverains ab initio dans cette zone maritime. Concrètement, sur la base du principe bien établi du droit de la mer, les îles, quelle que soit leur taille - comme cette belle île où nous sommes réunis aujourd'hui - les îles ont pleinement droit à une zone, plateau continental et zone économique exclusive, comme tout autre territoire ». Il a poursuivi en déclarant que "en ce qui concerne Kastellorizo ​​en particulier, nous rejetons les affirmations de la Turquie et notre position est claire : Kastellorizo ​​n'est pas "à 500 kilomètres de la Grèce continentale", ni une "anomalie géopolitique" ou une "petite île" qui crée des problèmes", comme cela a été répété à maintes reprises dans le passé. L'île jouit de droits inviolables en vertu du droit de la mer, que notre gouvernement défendra contre toute provocation. Par conséquent, notre présence ici aujourd'hui n'est pas seulement symbolique, c'est une affirmation de l'unité de notre pays du Nord au Sud, d'Est en Ouest, qui est un bouclier protégeant notre pays, tout en affirmant notre attachement à la paix et à la stabilité." M. Chrysoulakis a conclu en notant que « nous avons démontré à plusieurs reprises notre volonté de résoudre tout problème avec nos voisins, concernant la délimitation des zones maritimes en mer Égée et en Méditerranée orientale, par le dialogue et dans le respect du droit international, mais pas dans des conditions militaires la Grèce reste ouverte à un agenda positif et concentre ses efforts sur la contribution à la paix et à la stabilité régionales, tout en sauvegardant ses droits et intérêts souverains.

M. Noulas a pour sa part souligné qu'« il est vrai qu'en 2020, la position grecque vis-à-vis des provocations de la Turquie a changé et en particulier, on peut constater une bonne mise en œuvre de l'acquis européen, ce qui a conduit à la reconnaissance d'Evros et de la mer Égée comme la frontière orientale de l'Europe et pas seulement comme la frontière gréco-turque. La Grèce n'a aucune raison de négocier avec la Turquie sur des questions pleinement établies par des textes juridiquement contraignants  ; d’ autant plus qu’il s’agit d’ un pays qui soulève constamment des questions à résoudre, contestant directement les droits souverains de la Grèce. En effet, la rhétorique actuelle d'Ankara sur la révision des textes juridiques liant la Grèce et la Turquie prouve sans aucun doute l'intention directe de la Turquie de ne pas se conformer au droit international et aux obligations découlant des traités juridiquement contraignants pour les deux pays, comme les conventions internationales et le droit de la mer stipulent explicitement et sans ambiguïté. »

Dans son discours M. Syrigos a fourni une chronologie des revendications turques en Méditerranée orientale de 2004 à ce jour, en faisant référence aux propositions d'Ankara pour la délimitation des zones maritimes avec l'Égypte, le Liban et Israël. Par la suite il s'est concentré sur le mémorandum turco-chypriote sur la délimitation de la Zone économique exclusive (ZEE). "Pour la Turquie, la signature d'un tel accord était une démarche stratégique", a-t-il souligné, "car jusqu'à présent, elle a donné sa propre interprétation aux statuts juridiques existants précédemment établis par des traités internationaux. Le pays dispose désormais de son propre traité qui tente de créer un nouveau statut juridique." Depuis quelque temps, la Turquie a « fait monter les enchères », a-t-il ajouté, « avec une attitude nouvelle, motivée par des visions aussi bien irrédentistes qu'irréalistes, susceptible de susciter des tensions, méprisante du droit international, n'hésitant pas à recourir à l'action militaire, lorsqu'il se trouve en mesure de le faire".

Après avoir évoqué l'accord de délimitation de la ZEE signé par la Grèce et l'Egypte, les réactions turques qui ont suivi et la nouvelle alliance régionale qui a émergé en s’opposant aux ambitions néo-ottomanes d'Erdogan, s'étendant de la France aux Emirats Arabes Unis, M. Syrigos a conclu en évaluant l’accord gréco-égyptien : « Bien que la signature de l'accord avec l'Égypte ait déclenché la plus longue crise dans les relations gréco-turques, l’avantage principal pour la Grèce est qu'elle fait partie, à partir d'août 2020, d'un traité international qui couvre les zones maritimes revendiquées par le mémorandum signé entre la Turquie et la Libye. Cela mène à la naissance d’un différend frontalier maritime international qui, techniquement, limite la marge de manœuvre de la Turquie en laissant également une marge pour des pressions diplomatiques. De plus, l'accord avec le Caire sera une arme diplomatique puissante si la question des zones maritimes est portée devant la Cour internationale de Justice. Pourtant, il ne résout pas ni la question de la délimitation en Méditerranée orientale, ni le différend avec la Turquie. Une solution ne peut être trouvée qu'en définissant toutes les frontières maritimes de la région. Étant donné qu'aucun accord ne peut être trouvé sur la délimitation, en raison des contestations de la Turquie, la seule solution est un recours devant la Cour internationale de justice de La Haye."

Par la suite, M. Stefanis a souligné que « c'est avec un grand honneur et une joie particulière que j'ai assisté à la conférence sur le Droit de la Mer sur l’ile de Kastellorizo, cette frontière grecque d'une importance critique. Il ne fait aucun doute que le Droit de la Mer fonctionne aujourd'hui en tant que moyen de contrôler l'utilisation arbitraire de la force et de défendre nos frontières, des frontières aussi de l'UE. Nos droits souverains maritimes sont constamment violés, avec l'utilisation de menaces illégales et la promotion d'interprétations erronées du Droit international. La Turquie ignore ouvertement les principes fondamentaux , essayant de compromettre les fondements de la stabilité dans l'ensemble de la région. Notre pays répond à ces provocations avec détermination et en affirmant ses droits. Nous avons des forces armées capables et durement entraînées, qui agissent comme un puissant instrument de dissuasion contre toute sorte de menace."

Enfin, M. Raptakis a souligné que "Nous, sénateurs et députés élus de la diaspora grecque, membres de la WHIA, issus de 28 États, nous allons transmettreles positions bien fondées de la Grèce sur le Droit de la Mer à nos pays respectifs. C'est ici à Kastellorizo ​​que moi, en tant que président de WHIA, et tous nos membres, commençons notre combat pour faire savoir au public que la Grèce reste ouverte à un agenda positif tout en promouvant la paix et la stabilité régionales. Nous mènerons également la bataille pour la reconnaissance du génocide grec pontique".

A LIRE AUSSI SUR GRECEHEBDO
Valoriser l’image de la Grèce auprès de publics internationaux | Interview avec le secrétaire général pour la diaspora grecque et la diplomatie publique John Chrysoulakis
 
M.V.