J'ai tourné contre moi...

 

J'ai tourné contre moi la mort comme un énorme tournesol 

Et vu le golfe d'Adramyte, le lit frisé du vent du nord

Un oiseau figé entre ciel et terre et les montagnesPeinture theofanidou

Légèrement posées l'une dans l'autre. J'ai vu l'enfant qui allume

Des lettres et rapporte en courant l'injustice dans ma poitrine

Dans ma poitrine où j'ai vu la deuxième Grèce dans l'au-delà du monde.

 

Ce que je dis et j'écris pour que nul autre ne comprenne

Comme une plante vit de son poison jusqu'à ce que le vent

Le lui change en parfum qu'il éparpille aux quatre coins du monde

Plus tard on verra mes ossements d'un bleu phosphorescent

Qu'emporte dans ses bras l'Archange qui ruisselle aux enjambées

Immenses traversant la deuxième Grèce dans l'au-delà du monde.

 

Traduction: Michel Volkovitch

Peinture: Evi Theofanidou

 

Le poème original en grec sur notre page facebook

banner grece hebdo migration

banner newsletter grece hebdo

  1. Interviews
  2. Cinéma grec
  3. Populaires
next
prev

Greece 2021