Les fêtes et les rituels semblent toujours avoir été un élément universel de l’expérience humaine, presque inextricablement liées à l’appartenance à une communauté, à une société organisée et, éventuellement, à une culture. Dans le monde occidental, les calendriers et les jours de fêtes sont depuis des siècles basés sur la chronologie et l’observance chrétiennes. Mais bon nombre de ces traditions remontent à la Grèce et à la Rome antiques. Ceci est mis en évidence dans de nombreuses pratiques rituelles, y compris les coutumes de Noël.

Solstice d’hiver
Il est largement admis que le christianisme a incorporé les fêtes païennes, après avoir d’abord remodelé leur contenu pour qu’il corresponde au nouveau contexte religieux. Noël, en particulier, est considéré par la plupart des chercheurs comme un substitut chrétien aux célébrations païennes du solstice d’hiver ; la naissance du Jésus-Christ n’a pas de date exacte dans la Bible et, d’après les descriptions de la Nativité, il serait en fait hautement improbable qu’elle ait eu lieu au milieu de l’hiver.

On pense donc que la date du 25 décembre a été choisie pour coïncider avec la date du solstice d’hiver du calendrier romain. Il y a eu en fait des spéculations selon lesquelles la date exacte a été choisie parce qu’elle coïncidait avec une précédente fête romaine appelée Die Natalis Solis Invicti, ce qui signifie l’anniversaire du Soleil invaincu. Sol Invictus était le dieu solaire officiel du dernier Empire romain; son culte a été érigé en religion officielle par l’empereur romain Aurélien le 25 décembre 274 après JC. Il convient de noter que, dans les évangiles, la figure du Jésus-Christ est souvent assimilée au soleil, par exemple dans l’hymne de Zacharie (Luc 1:78, 79) et comme « la lumière qui brille dans les ténèbres » (Jean 1 : 5).

Kronia et Saturnales
D’autres fêtes qui auraient eu une influence directe sur les célébrations de Noël et du Nouvel An sont la fête grecque de Kronia et les saturnales romaines.

Saturnalia by Antoine Callet

Saturnales par Antoine-François Callet (détail)

L’ancienne fête athénienne de Kronia avait lieu le 12e jour d’Hécatombéon, le premier mois du calendrier attique. Il coïncidait avec le milieu de l’été et honorait le dieu père Cronos (Cronus), considéré comme le patron des moissons. Bien que cette fête ait été célébrée en été, elle a eu une influence majeure sur la fête romaine la plus populaire, les célèbres Saturnales, dédiées à Saturne, l’équivalent romain de Cronos. La fête des Saturnales était initialement célébrée le 17 décembre, mais a ensuite été étendue à trois et finalement à sept jours (jusqu’au 23 décembre). Au lieu du temps des récoltes, la version romaine de la célébration était en fait liée à la saison des semailles d’hiver.

La fête athénienne de Kronia était un jour férié qui ne durait qu’un jour, mais était même célébrée par les esclaves, qui s’asseyaient à la même table que leurs maîtres pour jouir du fruit de leur travail dur. La fête comprenait également des offrandes, notamment des fruits et de pain. Les Saturnales étaient également un jour férié, associées à de joyeuses beuveries et à l’échange de petits cadeaux, tels que des bougies, des modèles de fruits en cire et des statuettes en cire; dans ce cas aussi, les esclaves étaient exempts de leurs tâches habituelles et participaient à la fête animée.

Les gens décoraient également leurs maisons avec des branches de conifères et des brins de gui, symbole de la vie éternelle mais aussi de l’amour et de la paix ; beaucoup considèrent ces coutumes comme un prédécesseur des couronnes de Noël, des décorations de gui et même de la tradition du sapin de Noël. Aussi, selon certaines sources, un faux roi (saturnalicius princeps) était habituellement choisi pour présider pendant plusieurs jours les festivités. Cette coutume serait à l’origine de la tradition de la galette des rois, servie le jour de l’épiphanie en France ainsi que dans certains pays hispanophones et germanophones ; le gâteau, généralement fait d’une sorte de pâte sucrée ou de pâte feuilletée, a une petite figurine cachée à l’intérieur. La personne qui la trouve dans son morceau de gâteau se voit offrir une sorte de prix et peut être couronnée d’une couronne en papier.

Père Noël et Saint Basile
La figure la plus associée au folklore de Noël dans le monde est peut-être celle du Père Noël. La représentation moderne du Père Noël comme un joyeux homme à barbe blanche portant des cadeaux pour les enfants est basée sur un amalgame de plusieurs traditions différentes (principalement européennes), s’inspirant de la figure britannique du Père Noël « Father Christmas » et de la divinité germanique Odin « Wodan ». Mais surtout, elle semble être liée à la figure historique de Saint-Nicolas, comme l’atteste son nom (Santa Claus une dérivation phonétique du néerlandais « Sinterklaas », signifiant Saint-Nicolas).

Christmas Greek1

À gauche : Saint Nicolas de Myre, icône du 13e siècle, Monastère de Sainte-Catherine, Sinaï (Égypte), À droite : Saint Basile de Césarée, mosaïque du 11e siècle

Le vrai Saint Nicolas de Myre (270 – 343) était un évêque chrétien d’origine grecque de la ville de Myre en Asie Mineure, à l’époque de l’Empire romain. Il était également réputé, entre autres, pour ses nombreux miracles. Il est vénéré dans de nombreux pays comme le saint patron des marins, des marchands, des voleurs repentis, des enfants et des étudiants, entre autres. De nombreuses légendes le concernant le montrent aidant les pauvres et les nécessiteux, en particulier par le biais de cadeaux secrets; selon l’une des histoires les plus célèbres à son sujet, il a un jour sauvé trois filles de la prostitution forcée en laissant tomber un sac de pièces d’or par la fenêtre de leur maison chaque nuit pendant trois nuits afin que leur père puisse payer leur dot.

Dans la tradition grecque, la figure du vieil homme barbu porteur de cadeaux est identifiée comme Saint Basile, au lieu de Saint Nicolas ; on pense donc qu’il apporte des cadeaux le jour de l’an, qui en Grèce est aussi la fête de Saint Basile. Basile de Césarée, également appelé Basile le Grand (330 – 379), était un théologien célèbre et influent, et l’évêque de Césarée Mazaca en Cappadoce, en Asie Mineure. Basile était connu pour sa générosité envers les défavorisés; il organisa une soupe populaire et distribua de la nourriture aux pauvres lors d’une famine consécutive à une sécheresse, et il donna son héritage familial personnel au profit des pauvres de son diocèse.

Le jour du Nouvel An, les familles grecques servent la vasilopita, dans une tradition très similaire à celle de la galette des rois mentionnée ci-dessus. Son nom rappelle également le mot roi, mais il est censé avoir tiré son nom de Saint Basile (en grec, le nom Vassilios signifie roi ou royal). Bien qu’il s’appelle une tarte (pita), il se compose d’un simple pain sucré, généralement de forme ronde. Une pièce de monnaie est cachée dans le pain et on pense que la personne qui la trouvera aura de la chance cette année-là. Tout comme la coutume de la galette des rois, la vasilopita est également considérée par certains comme provenant de la fête de Kronia et de son équivalent romain, Saturnalia.

Photo de couverture:  » Fête des Saturnales 2017″ de Carole Raddato via Flickr)

Texte original en anglais via Greek News Agenda

Lire aussi sur Grèce Hebdo
Νοël en peinture néohellénique | Interview avec l’historienne de l’art Alexandra Kouroutaki

I.E. 

TAGS: Grèce | patrimoine | traditions