salonique 1936

Le 1er mai, journée internationale des travailleurs, célébrée dans de nombreux pays du monde,  tire son origine des combats du mouvement ouvrier aux États-Unis à la fin du xixe siècle et des événements de Chicago en 1886. En Grèce, les premiers mouvements de travailleurs sont liés aux mines de Roux- Serpieri à Lavrion (première grève au sein de l’Etat helladique en 1871)  et à la culture du tabac vers le nord du pays qui se trouve à l’époque sous le joug ottoman. En mai 1888 dans la ville de Drama, une grève est organisée par les cultivateurs de tabac qui exigeaient dix heures de travail journalier au moment où les heures de travail se situaient entre douze et treize par jour. Quelques ans plus tard, les premières manifestations pour la célébration du 1er mai ont lieu en Grèce.

1892-1894 : revendiquons la date

Une première petite mobilisation se produit  le 1er mai 1892 organisée par l'Association Socialiste du crétois Stavros Kallergis (1865-1926). En 1893, la démarche se répète. Εnviron 2.000 personnes se sont rassemblées au stade panathénaïque d’Athènes en réclamant huit heures de travail, l'instauration du dimanche comme jour de repos et des indemnités allouées par l’État aux victimes d'accidents du travail.

kallergis 710x560 c
Stavros Kallergis (1865-1926).

Les manifestants  ont adopté une résolution présentée par la suite au président du Parlement grec. Pourtant, celui-ci  a refusé de l’accepter  en suscitant  la réaction de Kallergis et de ses camarades  qui s’ arrêtent  par la police et se trouvent condamnés à 10 jours d'emprisonnement.  Libéré par la suite, Kallergis se  fuit à Paris où il fait la connaissance du parlementaire socialiste Jean Jaurès, du théoricien du communisme libertaire Pierre Kropotkine, ainsi que de  l’écrivain Émile Zola. De retour en Grèce  en 1895, Kallergis s’installe en Crète. 

J Krop Collage
A Paris, Kallergis fait la connaissance de Jean Jaurès (à gauche, photo de Nadar) et de Pierre Kropotkine (à droite).
 
Après les arrestations de 1894, il faut attendre 17 ans, jusqu'en 1911, lorsque la fête du travail est célébrée de nouveau. Pendant ce temps, des grandes grèves s’éclatent dans presque toutes les villes de la Grèce et dans de nombreux secteurs, tandis que de nombreuses unions syndicalistes voient le jour.
 
sosialistis collage
La revue "Le socialiste", édité par Stavros Kallergis. 

1911 : la grande manifestation de la Fédération à Thessalonique

En 1911, la Fédération de Thessalonique entreprend l'organisation de la fête du travail à Thessalonique. Une grande manifestation aura lieu, avec la participation de 6.000 personnes. Les forces de police interviennent et arrêtent les manifestants, parmi lesquels la figure emblématique du mouvement socialiste de Grèce, Abraham Benaroya (1887-1979).  Ce dernier, était un militant révolutionnaire gréco-juif séfarade, né à Thessalonique ottomane et mort en Israël, connu en tant que fondateur de la Fédération socialiste ouvrière de Salonique, l'ancêtre du Parti communiste de Grèce (KKE). Après les événements de 1911, Benaroya se voit obligé de quitter Thessalonique.

Federation Salonique mai 1911
Manifestation de la Fédération, Thessalonique, mai 1911.

En 1912, à Athènes, Benaroya avec un petit groupe de militants socialistes décident de célébrer à nouveau la Journée du 1er mai en se retrouvent dans une pub à Metz. Benaroya s’adresse en français (!) à un groupe de 60 personnes et Il réclame : « 8 heures de travail, huit heures de repos et huit heures de sommeil. » La police intervient de nouveau.

Au bout de  toutes ces agitations, le 1er mai est célébré en 1919, un an après la fondation de la Confédération générale des travailleurs grecs (GSEE), dans 12 villes partout en Grèce.

benaroya family1
Abraham Benaroya (au centre de la photo) et sa famille.
La plupart d'entre eux sont morts à Auschwitz [source: Musée juif de Thessalonique]
 
Mai 1936 : des morts à Thessalonique

En mai 1936, les cultivateurs de tabac descendent dans la rue à Thessalonique. Les événements, aussi liés aux conséquences de la crise économique en 1929-1932, ont leurs racines dans les revendications des travailleurs du tabac. Une grève est proclamée le 29 avril sans le secteur du tabac (qui compte presque 40.000 travailleurs dans la Grèce du nord).  

thessaloniki 1936
Thessalonique, mai 1936.
 
La police et l'armée s’attaquent contre eux, sous les ordres du ministre a l’époque Ioannis Metaxas. Suite aux tires de gendarmes, Il ya eu au moins 12 morts et 300 blessés au total. Les meurtres des ouvriers fut l'inspiration pour  l' « Epitaphe » de Yiannis Ritsos qui est devenu une chanson avec la musique de Mikis Theodorakis.
 
epitafios
Les images des morts de mai 1936 inspirent l' "Epitaphe" de Yiannis Ritsos.

A partir de 1975, après la chute des colonels,  le 1er mai se fête en conditions de légalité. Aujourd'hui, le 1er mai, selon la Loi  4468 / 2017 est un jour férié obligatoire en Grèce.

Ecrit par Magdalini Varoucha | GreceHebdo.gr

A LIRE AUSSI: GRECEHEBDO Interview | Gavrilos Lampatos : Le Parti Communiste de Grèce (KKE) pendant l'Occupation

M.V.

banner grece hebdo migration

banner newsletter grece hebdo

  1. Interviews
  2. Cinéma grec
  3. Populaires
 Interview | Denis Langlois :  Alekos Panagoulis, le symbole de la résistance grecque
Regard historique sur le passé ottoman en Grèce | Interview avec Antonis Anastasopoulos
Interview | Stathis Pavlopoulos: Metapolitefsi.com ou la longue période après la fin de la dictature en Grèce
Interview | Asteris Koutoulas: Sur les traces du grand compositeur Mikis Theodorakis
next
prev