Pour mieux connaître Athènes, on aborde les mutations sociales et économiques survenues au cours de ces dernières années. Thomas Maloutas, professeur de géographie à l’ Université et éditeur en chef d’ un Atlas Social pour la capitale grecque en parle dans une interview accordée à Rethinking Greece, reprise et traduite en français par GrèceHebdo. Les travaux de Maloutas se concentrent sur les structures sociales et leur mutation actuelle à l’ ère de la mondialisation et son Atlas Social s’ inscrit dans cette perspective en constituant une étude de cas consacrée à la capitale grecque.

MALOUTAS901

Quel est le niveau de sensibilisation scientifique et publique concernant les questions de géographie sociale de la Grèce et plus particulièrement de la ville d'Athènes?

Il y a une prise de conscience croissante des questions liées à la vie dans la ville ainsi qu'à la géographie sociale. La dimension spatiale des enjeux sociaux est plus évidente dans un contexte urbain, où l'on peut observer des situations contrastées proches les unes des autres, comme par exemple des quartiers pauvres proches de riches, des nationalités diverses et des personnes vivant côte à côte, etc.

Au fur et à mesure que les gens se déplacent et voyagent beaucoup plus par rapport au passé, ils sont en mesure de comparer directement les  conditions sociales multiples, ce qui les sensibilise à l'aggravation des inégalités au cours de ces 15-20 dernières années. Les questions sociales sont ainsi plus visibles pour le grand public.

atlas2

atlas2

Quel est le but du projet "L’Atlas social d'Athènes"?

L'Atlas social d'Athènes est un projet basé sur la recherche, bien qu'il ne soit pas un projet scientifique en soi. Tous les contenus proviennent de projets de recherche sérieux, petits et grands, individuels et collectifs. L'Atlas est un recueil de travaux sous une forme concise, où l'analyse méthodologique n'est pas excessivement détaillée et où les chapitres décrivent la forme générale de la question, les données empiriques à l'appui, ainsi que les dimensions politiques correspondantes. C'est un effort collectif auquel 75 auteurs ont déjà contribué, les chiffres augmentant avec la poursuite du projet.

Au départ, nous pensions que nous allions créer un Atlas typique sous forme imprimée. Par exemple, en 2000, j'avais édité ce que l'on pensait être le premier volume d'un Atlas intitulé « L'Atlas social et économique de la Grèce », centré sur les villes, tandis que les volumes suivants concernaient les zones rurales, les activités industrielles et le tourisme, respectivement. Malheureusement, ce projet n'a jamais été achevé, mais une édition française plus complète de cet Atlas a été publiée en 2003 (avec Michel Sivignon, Franck Auriac, Olivier Deslondes et moi-même comme éditeurs) intitulée "Atlas de la Grèce", qui comprenait les villes, les régions rurales, les activités industrielles, et le tourisme.

Cependant, aujourd’hui,  nous pouvons avoir un Atlas en ligne qui peut être mis à jour régulièrement. Par conséquent, ce nouvel Atlas est un travail en cours, et en tant que tel, il fonctionne également comme une sorte de forum. Les seules limites imposées par le comité de rédaction du projet concernent les contributions d’entrées et d'arguments fondés sur la recherche. L'Atlas est soutenu par la Fondation Onassis.

Assembly of Squatted Prosfygika

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur Athènes en tant que ville et phénomène urbain? Quelles sont ses caractéristiques particulières?

Dans un sens très large, chaque ville est unique. Cependant, les villes modernes étudiées par des disciplines telles que la géographie sociale urbaine, la géographie urbaine ou la sociologie urbaine sont des villes industrielles. De plus, des villes comme Athènes ont l'inconvénient de ne pas être situées là où la théorie urbaine est produite. En conséquence, lorsqu'on regarde une ville comme Athènes par le biais d'une perspective théorique développée ailleurs pour différents types de villes, il est fort probable que ce qu'on voit n'est pas vraiment compris.

Au cours du XXe siècle, Athènes est devenue une grande métropole de près de 4 millions d'habitants, passant d'une petite ville d'environ 100 000 habitants au début du siècle, via un processus atypique, c'est-à-dire, dans la mesure où cela n'a pas eu lieu à travers du processus caractéristique de l'industrialisation. D'autres facteurs historiques ont joué, depuis la désignation d'Athènes en 1834 comme capitale de l'État grec nouvellement indépendant et les tentatives subséquentes de planification urbaine par les monarques bavarois qui ont affecté de façon indélébile la façon dont la ville s'est développée au fil du temps, et différents groupes sociaux se sont établis dans certaines parties de la ville.

D'autres événements majeurs ont joué un rôle, comme par exemple les conséquences de l'expédition de l’Asie Mineure au début du XXe siècle qui ont conduit à l'échange de populations entre la Grèce et la Turquie, et près de 1,5 million de personnes d'origine grecque avec une vaste proportion se concentrant à Athènes. L'ampleur de cette absorption ainsi que la façon dont ces réfugiés ont été distribués dans divers quartiers autour d'Athènes ont irrévocablement affecté le tissu social de la ville.

Ce bouleversement a été accompagné par la Seconde Guerre mondiale, suivie d'une guerre civile et d'un exode rural énorme principalement vers les grandes villes et Athènes. Ainsi, dans les décennies d'après-guerre, il y a eu un afflux énorme de gens de la campagne à Athènes et dans une moindre mesure, à Thessalonique; en même temps, il y a eu une vague d'émigration massive de la Grèce vers l'Allemagne de l'Ouest. En outre, certains ont migré, soit à l'intérieur, soit à l'extérieur, pour des raisons politiques: pour ceux qui ont été vaincus pendant la guerre civile, ce n'était pas facile de vivre dans de petits villages, où ils étaient extrêmement visibles. Les conditions économiques désastreuses ont poussé les familles à élaborer leurs propres stratégies pour aider leurs membres à se relever, et ceci est un autre facteur qui pousse les gens à quitter les zones rurales: par exemple, une partie ou une branche de la famille déménage en ville, tandis qu'une autre déménage à l'étranger. Ce ne sont pas nécessairement des solutions désespérées, mais des choix d'accommodement et une utilisation rationnelle des ressources.

Athènes devint ainsi un lieu d'accueil pour les personnes qui fuyaient d'ailleurs. Alors que dans la majeure partie de l'Europe de l'Ouest ou de l'Amérique du Nord, nous observons des centres urbains attirant des personnes sur la base de leur industrie et de leur développement économique, ce n'était pas le cas en Grèce.

athens19

Selon le géographe français Guy Burgel, Athènes a été «une ville de paysans et une capitale nationale introvertie», bien qu'avec quelques traits cosmopolites. Ce compte est-il toujours valide?

Beaucoup de choses ont changé depuis le milieu des années 70 quand Guy Burgel a fait cette déclaration; Je ne crois certainement pas que ce compte soit valide aujourd'hui. Depuis les années 80, nous avons cessé d'assister à ce flux constant des zones rurales vers les zones urbaines; il y avait une stabilisation géographique de la population sur le territoire national, et les politiques du parti socialiste PASOK au pouvoir au cours de cette décennie ont joué un rôle. De plus, une société ne peut pas être en mouvement pour toujours et, finalement, les tendances de l'urbanisation se stabilisent plus ou moins. À Athènes, au cours des 20 dernières années, la population en termes de ressortissants grecs s'est stabilisée, voire déclinée. Dans l'ensemble, la population totale de la ville a légèrement augmenté, principalement en raison des flux migratoires. Dans une certaine mesure, c'est également le cas pour d'autres villes grecques. Par conséquent, nous ne pouvons plus parler d'Athènes comme une ville de paysans. La génération de paysans qui est venue à la ville est maintenant à la fin de son cycle biologique. Les nouvelles générations sont autochtones, athéniennes.

En ce qui concerne les caractéristiques cosmopolites de la ville, il y a ce débat sur le  point de savoir si Athènes est une ville introvertie, comme la capitale d'un pays isolé par ses frontières communes avec des pays isolés récemment à cause de la guerre froide, ou avec lesquels il y a traditionnellement des relations difficiles. À l'exception de l'Italie, Athènes n'a pas d'arrière-pays en dehors du territoire national et ne peut pas facilement se connecter avec d'autres grandes métropoles. D'un autre côté, il y a un certain cosmopolitisme parce que les Grecs tendent à se déplacer pour travailler et étudier dans le monde entier, à expérimenter, à ramener et à transplanter d'autres cultures. Nous avons donc une ville qui n'est pas très bien connectée au niveau mondial, mais ses habitants ont des visions et des images du monde extérieur. A Athènes, nous assistons donc à une sorte de cosmopolitisme et à un isolement à la fois.

Avec l'augmentation spectaculaire de la fuite des cerveaux depuis le début de la crise, il y a maintenant dix fois plus de jeunes hautement qualifiés qui quittent Athènes pour chercher du travail ailleurs. C'est un problème complexe. Je crois que dans le recensement de 2021, les cicatrices de ce phénomène seront visibles dans la structure de l'emploi, dans la population économiquement active de ce pays.

embros athens citiesintransition.eu

Quelles sont les principales caractéristiques de la stratification sociale et professionnelle à Athènes? Comment Athènes évolue-t-elle à cet égard?

L'opinion générale selon certains spécialistes, Saskia Sassen par exemple, qui a visité Athènes, est que les sociétés urbaines tendent à se polariser: les riches et les pauvres deviennent plus nombreux, tandis que la classe moyenne diminue et la distribution des revenus prend la forme d'un sablier au lieu d'un oignon, comme c'était le cas auparavant. Cela est interprété comme le résultat du passage des économies industrielles aux industries postindustrielles axées sur les services. Cependant, ce modèle théorique a été sérieusement remis en question quant à savoir si elle s'applique réellement à toutes les villes ou seulement à des endroits très spéciaux comme New York ou Londres.

Les études empiriques sur Athènes ne révèlent pas un élargissement substantiel du fossé entre les riches et les pauvres, et ce pour de nombreuses raisons: premièrement, Athènes n'a jamais été le lieu où les grandes entreprises pouvaient s'établir ici ou au moins développer activités importantes. Cela signifie qu'Athènes n'attire pas l’élite corporative, des jeunes avec des qualifications académiques élevées et de très bons salaires, qui forment ce type de caste supérieure dans la plupart des villes discutées dans le modèle de Sassen. A Athènes, l'élite corporative est anémique. En ce qui concerne le nombre de personnes les plus pauvres, il a diminué jusqu'à la fin des années ’80 en raison de la mobilité sociale ascendante. Cependant, avec l'arrivée massive de groupes d'immigrants, les classes les plus pauvres sont de plus en plus nombreuses. En un mot, même si nous n'avons pas de fossé grandissant entre riches et pauvres, le nombre de pauvres augmente effectivement.

En ce qui concerne l'embourgeoisement, c'est surtout un processus évident dans le monde anglophone, en particulier dans le Nouveau Monde, où l'élite, au cours de la révolution industrielle, a décidé de quitter le centre-ville et de vivre en banlieue. Lorsque le développement industriel a pris fin, il a créé des postes vacants dans les quartiers centraux, de sorte que vous avez un réinvestissement et le retour d'une partie des classes moyennes. Cependant, cela se passait surtout dans le monde anglophone: dans des villes comme Paris ou Vienne, l'élite n'avait pas quitté le centre-ville au cours du développement industriel, donc il n'y avait pas de place pour des changements cataclysmiques par l'embourgeoisement.

L’embourgeoisement à Athènes n'est pas tellement lié au logement, mais aux changements d'usage de l'espace public dans certaines régions comme Metaxourgeio, Gazi ou Psirri, où les artisans locaux et la petite industrie sont remplacés par des activités de loisir comme les restaurants et les bars. Cela change aussi la ville, mais ce n'est pas le type habituel d’embourgeoisement.

athenspl3

Il semble que le centre d'Athènes a connu un déclin après les années 1980 ...

Le déclin du centre d'Athènes a commencé au milieu des années ’70, un processus graduel qui se poursuit encore. Selon les données du dernier recensement (2011), la municipalité d'Athènes a perdu près de 150 000 habitants par rapport à 2001. Sans l'afflux de migrants dans le centre-ville, la perte aurait été beaucoup plus grande.

Habituellement, le développement de la banlieue est dû au développement industriel. Dans le cas d'Athènes, les classes moyennes et supérieures ont commencé à se déplacer vers les banlieues parce qu'elles avaient elles-mêmes trop investi dans la construction des centres-villes, ce qui les rendait trop denses et insupportables. La construction, depuis les années ’50 et pendant la dictature (1976-1974), a été encouragée comme un moyen de réchauffer l'économie et d'assurer des gains politiques. En 1968, par exemple, le régime militaire, afin de gagner la faveur des propriétaires terriens, assouplit de 20% les limites actuelles de l'espace de construction en pourcentage du terrain. Cela a été mis en œuvre sans planification sérieuse de la ville et des rues. Ainsi, à Athènes, il y avait une approche à court terme de la construction qui manquait sérieusement de planification, en particulier pendant les années de dictature.

Cette sur-construction d'Athènes commence-t-elle avant la dictature de 1967, c'est-à-dire à l'époque de Konstantinos Karamanlis à la fin des années ’50?

C'est le sujet de conflit: d’un côté, il y a eu des taux de construction très élevés dans les années ’50 et ’60, qui ont détruit le visage de la ville, lorsque des bâtiments néo-classiques et architecturaux ont été démolis et remplacés par des immeubles modernes beaucoup plus grands, alors que de l'autre côté, vous avez la production de logements très abordables. Il y a donc eu un résultat  positif sur le plan social en termes de logement et un résultat socialement négatif en termes d'aménagement de la ville et de conditions de vie. Après avoir sur-construit des quartiers comme Patissia, Kato Patissia, Kypseli et quelques autres quartiers de la classe moyenne et parfois de la classe moyenne supérieure, ils se sont dégradés et les ménages les plus aisés qui étaient en partie responsables de ce déclin ont commencé à déménager en banlieue.

En Grèce, le secteur du logement était la force motrice de toute l'économie. Dans les sociétés industrielles, c'est généralement l'industrie qui produit des biens et crée la richesse qui déclenche la construction; dans le cas de la Grèce, c'était un peu l'inverse. Un immense développement dans la construction a exigé la production de biens pour le logement, du mobilier aux matériaux de construction et a mis l'économie en marche.

athensprmal

La ville d'Athènes-en-crise est souvent représentée dans les médias internationaux via des bâtiments abandonnés, des magasins et  logements vacants. Quels problèmes sociaux se cachent derrière ces images?

Disons qu'Athènes a plus de problèmes qu'on ne peut le voir à l'œil nu. Sur le site de l'Atlas, il y a un chapitre sur les logements vacants avec des cartes montrant non seulement les maisons de vacances - principalement situées sur la côte de l'Attique - mais pour la première fois nous voyons un grand nombre de logements vacants dans le centre d'Athènes. Les bâtiments vacants pourraient toutefois constituer une ressource pour la ville, créant ainsi un espace disponible pour héberger des sans-abri ou d'autres groupes vulnérables.

En Grèce, la grande majorité des propriétaires ne sont pas des entreprises, des banques ou des corporations mais surtout des personnes âgées qui ont investi dans l'immobilier. La majorité des logements est également occupée par le propriétaire: la propriété est d'environ 70% à Athènes et de plus de 80% dans l'ensemble de la Grèce. En général, les propriétaires ne possèdent pas plus d'un ou deux appartements autres que leur propre résidence. Ces propriétaires ont également été frappés par la crise, perdant leurs revenus de propriété soit en raison de la perte de location ou des arriérés de loyer ou des baisses sérieuses des charges locatives, car les locataires sont incapables de payer les loyers.

L'existence de nombreux logements vacants d'une part, et de sans-abri d'autre part appelle à une politique combinant les besoins et les remèdes. Les sans-abri peuvent-ils être logés dans ces maisons vides? Ces propriétés sont la propriété privée, mais les propriétaires sont eux-mêmes en danger de perdre leurs biens car ils ne sont pas en mesure de payer leurs impôts fonciers et accumulent de la dette.

Pour faire face à ce problème, de nouvelles politiques doivent être mises en vigueur afin de coordonner l'aide aux personnes ayant des besoins en matière de logement, tout en aidant les petits propriétaires à conserver leurs biens. Une idée serait de louer ces maisons à un prix beaucoup plus bas que la valeur du marché et de demander aux locataires de fournir un autre type de service social à d'autres personnes dans le besoin. De cette manière, les relations sociales pourraient être reconstruites sur la base de la solidarité plutôt que de la générosité, qui est,  je crois, la seule façon de protéger les quartiers pauvres contre l'infiltration de groupes xénophobes ou racistes, y compris les éléments néo-nazis (Golden Dawn).

Je crois que nous devrions sauver les relations sociales en mettant en œuvre des politiques sociales qui rapprochent les personnes de différents milieux. Les Grecs s’entraident, mais c’est habituellement au sein de la famille. Cependant, de nouvelles politiques de solidarité sociale sont nécessaires à ce stade, étant donné le grand nombre de réfugiés vivant en Grèce. Dans ce cadre, les appartements vides d'Athènes pourraient également être utilisés comme un moyen de résoudre les problèmes sociaux, sans stigmatiser les gens ou transformer des quartiers entiers en ghettos.

Lisez l’interview en anglais sur Rethinking Greece et Greek News Agenda

 

banner grece hebdo migration

banner newsletter grece hebdo

  1. Interviews
  2. Cinéma grec
  3. Populaires
Quo Vadis Europa? | Annamaria Simonazzi et Rafael de Bustillo sur les classes moyennes en Europe du Sud
Interview | Le cinéaste Yannis Economides sur la poétique des ténèbres humaines
Thomas Maloutas:  Un Atlas social pour Athènes
Interview | Hervé Georgelin:  La fin de Smyrne, du cosmopolitisme aux nationalismes
next
prev