Costa-Gavras, né en 1933 en Arcadie dans le Péloponnèse, est un réalisateur et producteur du cinéma français. Gavras quitte la Grèce après le lycée pour s’installer à Paris et en 1968, il obtient la nationalité française. En France, il fait des études en lettres, puis, il intègre l’Institut des Hautes Etudes Cinématographiques. Il travaille, ensuite, en tant que critique de cinéma et auprès de Jean Giono, d’Henri Verneuil, de Jacques Demi et de René Clément, il découvre les plateaux de cinéma

En 1958, Gavras dirige ‘’Les ratés’’ un court-métrage et plus tard, en 1965, il débute sa carrière dans les longs-métrages avec ‘’Compartiment tueurs’’. En 1969, il triomphe avec ‘’Z’’, film qui lui donne la réputation d’un grand cinéaste engagé

Gavras découvre ‘’Z’’, le livre de Vassilis Vassilikos (voir GrèceHebdo no159), après un séjour en Grèce. Le livre, et par la suite le film, esquisse l’histoire de l’assassinat de Grigoris Lambrakis, député de gauche. Avec Jorge Semprun, Gavras écrit le scénario et le film est tourné par la maison de production de Jacques Perrin. Le film, considéré par les critiques comme le premier grand film politique français, a connu un succès à travers le monde et reçu plusieurs récompenses par l’Académie du Cinéma, les Oscars, le Festival de Cannes etc. A propos du film, Gavras déclare que "l’assassinat de Lambrakis a été suivi par les Grecs comme une énigme policière, avec ses expertises, ses démentis, ses rebondissements spectaculaires. C’est ainsi que Semprun et moi avons conçu le scénario. Afin d’universaliser notre cri de colère, de démonter le mécanisme de la répression politique, d’où qu’elle vienne et de le rendre accessible au plus vaste public". Jacques Perrin, suite à la fin du tournage, arrive en Grèce, ‘’formant un faux couple de touristes avec Michèle Ray, l’épouse de Costa-Gavras’’, dans le but de rencontrer le compositeur Mikis Theodorakis. La police ne les quittant pas des yeux, ils ont pu faire savoir à Theodorakis ce qu’ils désiraient via des intermédiaires. A son tour, Theodorakis leur a fait ‘’parvenir des bandes magnétiques où il chante lui-même les thèmes proposés". A Paris, c’est Bernard Gérard qui reconstituera tous les thèmes. 

Au début des années ’70, vient ‘’L’Aveu’’ d'après le récit autobiographique d'Arthur London, ancien vice-ministre des Affaires étrangères de Tchécoslovaquie. A l’époque, on lui reproche d'attaquer la droite puis la gauche, alors qu'il ne voulait que dénoncer les totalitarismes. Plus tard, ‘’Etat de siège’’ prend pour cible la main-mise politique des États-Unis sur certains Etats d'Amérique latine. Reste à la mémoire des spectateurs l’interprétation remarquable d’Yves Montand. 

Εn 1982, Gavras tourne ‘’Missing’’, un autre film de dénonciation. ‘’C'est en effet un producteur hollywoodien qui lui propose de réaliser ce film sur la responsabilité des services secrets américains dans la chute, au Chili, du gouvernement d'Alliance Populaire du Président Allende’’. ‘’Missing’’, qui est très bien accueilli par le public, a reçu la Palme d'Or à Cannes en 1982 et un Oscar pour la meilleure adaptation. 

En 2001, dans Amen, un de ses films les plus controversés, Gavras y dénonce le silence du Vatican sur l'extermination des juifs. Par la suite, avec Le Couperet (2005) Gavras s’attaque à l’horreur économique et avec Eden à l’Ouest (2009), il se livre à une narration du sort des exilés. Son dernier film, Le Capital ne fait pas exception à la règle, Gavras, donc la carrière est marquée par des films dont les sujets sont brûlants  s'attaque cette fois au monde de la finance sur fond de crise économique internationale

Costa-Gavras est nommé Président de la Cinémathèque en 1980 puis, de nouveau, en 2007. Il a été, récemment, nommé docteur honoris causa à l'Université Aristote de Thessalonique

Le ton du style cinématographique de Gavras nous est dévoilé dès les débuts du Z. "Toute ressemblance avec des événements réels, des personnes mortes ou vivantes n'est pas le fait du hasard. Elle est VOLONTAIRE". De cette façon, Gavras affirme que son cinéma sera une arme qui dénonce. Il a, depuis, continué à faire ce qu’il avait envie de faire comme il avait envie de faire, fort de la conviction qu’“un film ne livre pas de message, mais pose des questions”, qu’il “ne dit à personne pour qui voter, mais renseigne le spectateur sur ses relations avec les autres et avec la société”.

À la Une

Accord sur la dette: ouverture d’un nouveau chapitre pour la Grèce

22 Jui 2018 Politique
Les dix-neuf ministres de la zone euro, réunis jeudi 21 juin à Luxembourg, se sont conclus sur les conditions de sortie de la Grèce de son troisième plan d’aide. L’accord, caractérisé tant par les officiels et par la presse internationale comme historique, ouvre la porte à un retour du pays sur les marchés financiers le 21 août, dix ans après le début d’une violente crise économique et…

Interview avec Eleni Alexandraki: Kostis Papagiorgis, un flâneur de la pensée entre la Grèce et la France

20 Jui 2018 Interviews
Eleni Alexandrakis est née à Athènes en 1957. Elle a étudié le cinéma à l'Université de la Sorbonne, à Paris I et à l'École nationale du Film et de la Télévision d'Angleterre. Elle a écrit, réalisé et produit plusieurs films de fiction et documentaires, parmi lesquels: "A Drop in the Ocean" (fiction, 1995), "Easter is in the air" (documentaire, 1999) "La "The Woman who longed for Home" (fiction,…

Interview | Social Hackers Academy : une école de code destinée à des réfugiés et à des groupes socialement vulnérables

19 Jui 2018 Interviews
Social Hackers Academy est une organisation à but non lucratif dont la mission est de fournir à des réfugiés et à des groupes socialement vulnérables, des programmes d'éducation complets en génie logiciel et de les aider à trouver du travail et de s'intégrer dans leur nouvel environnement. On trouve Social Hackers Academy à Athènes, Thessalonique, Crète. GrèceHebdo* est allé à la rencontre des…
Un musée pour Nikos Beloyannis, l’homme à ...
Fin mars 2017, 65 ans après l'exécution de Nikos Beloyannis (1915-1952) et de ses camarades Dimitris Batsis, Nikos Kaloumenos et ...
Lire plus
Rébétiko: le
Le Rébétiko est la musique populaire grecque urbaine des marginaux et des classes les plus pauvres de la première ...
Lire plus
Le secret le mieux gardé de Crète : les ...
Situé au sud de la Crète, à deux heures de Heraklion, le petit village de Viannos est surtout connu ...
Lire plus
Grèce Hebdo: 75 entretiens en temps de crise
En 2012, la Grèce est depuis un bon moment au menu de toutes les discussions à l’échelle planétaire. En pleine ...
Lire plus
Mataroa: l’odyssée du navire de l’espoir | ...
  Une exposition dédiée aux femmes artistes, qui ont voyagé vers la France en 1945 avec le fameux navire Mataroa, se ...
Lire plus
 La fête du 1er mai en Grèce: un bref ...
Le 1er mai, journée internationale des travailleurs, célébrée dans de nombreux pays du monde,  tire son origine ...
Lire plus

banner grece hebdo migration

banner newsletter grece hebdo

  1. Interviews
  2. Cinéma grec
  3. Populaires
next
prev